Les bactéries intestinales et le DT1 : est-ce qu'il y a un lien?

Est-ce que les bactéries intestinales ont une influence sur le risque de diabète de type 1? Les scientifiques pensent que c’est une possibilité.  

On estime que 300 000 hommes, femmes et enfants vivent avec le diabète de type 1 (DT1) au Canada, et ce nombre augmente à un taux alarmant.1 En fait, le Canada affiche l’un des taux les plus élevés de DT1 chez les enfants de moins de 14 ans.2,3 

Les chercheurs ne sont pas tout à fait certains de la raison pour laquelle l’incidence augmente, mais de nouveaux faits suggèrent que la communauté de microbes dans nos intestins (microbiome intestinal) pourrait jouer un rôle dans le développement de maladies auto-immunes, dont le DT1. 

Les scientifiques essaient de comprendre les raisons derrière l’augmentation de la fréquence des maladies auto-immunes depuis les 70 dernières années, explique la Dre Jayne Danska, chercheuse principale au Hospital for Sick Children de Toronto. La Dre Danska est une experte du microbiome intestinal, surtout sur la façon dont ces organismes régularisent notre système immunitaire lorsque nous sommes en santé et pendant la maladie. 

Une théorie utilisée pour expliquer l’augmentation de la fréquence d’apparition de maladies auto-immunes est connue sous la désignation ‘d’hypothèse hygiénique’. Cette théorie suggère que l’augmentation est associée aux mesures améliorées de santé publique. Elles ont certainement amélioré la santé humaine, mais ont aussi entraîné une diminution de l’exposition à des microbes, lesquels aident à bâtir la fonction immunitaire.  

Autrement dit, l’exposition des enfants en bas âge à des microbes aide à bâtir un solide système immunitaire, lequel combat les infections dangereuses et limite les affections allergiques et les maladies auto-immunes comme le DT1, explique la Dre Danska. Notre empressement à limiter l’exposition des enfants à des bactéries pourrait augmenter notre vulnérabilité à des maladies comme le DT1. 

Pour tester cette théorie, une équipe de scientifiques suit plus de 1 000 nouveau-nés dans trois régions avoisinantes de la Finlande, la Russie et l’Estonie dont les populations sont à haut risque génétique de DT1. Les scientifiques examinent les différences dans le microbiome des nourrissons, de même que les conditions environnementales et sociales au cours de leurs trois premières années de vie. 

Les premiers résultats de cette étude démontrent que la composition des bactéries intestinales des nourrissons de la Russie est effectivement différente de celle des nourrissons de la Finlande. Cette différence pourrait être liée au taux 7 fois inférieur d’incidence de DT1 et d’autres maladies auto-immunes de la Russie comparativement à la Finlande. 

« La raison qui explique la différence du microbiome des enfants russes n’est pas claire », explique la Dre Danska. Elle note cependant que dans la région étudiée en Russie, les normes de santé publique diffèrent de celles de la Finlande, par exemple, la plupart des gens boivent de l’eau directement de puits qui n’a pas été traitée.  

Les preuves permettant de suggérer que nous devrions modifier notre exposition aux microbes pour prévenir le DT1 sont insuffisantes à l’heure actuelle. Le rythme accéléré des recherches dans ce domaine fournira des informations précieuses sur le microbiome et son lien avec le DT1, ce qui pourrait mener à des stratégies de prévention viables au cours des cinq prochaines années. 

  1. Jakobsen, T. A. (2016). Psychosocial experiences of type 1 diabetes diagnosed in emerging adulthood (T). Université de la Colombie-Britannique. Extrait de https://open.library.ubc.ca/cIRcle/collections/24/items/1.0308604 (Ouvrage original publié en 2016)
  2. DIAMOND Project Group. Incidence and trends of childhood Type 1 diabetes worldwide 1990-1999. Diabet Med. 2006;23(8):857-866.
  3. Karvonen M, Viik-Kajander M, Moltchanova E, Libman I, LaPorte R, Tuomilehto J. Incidence of childhood type 1 diabetes worldwide. Diabetes Mondiale (DiaMond) Project Group. Diabetes Care. 2000;23(10):1516-1526.

Top Retour au DT1 en ligne

Lets turn type one into type none