Edmonton demeure un leader mondial des greffes d'îlots

20 février 2013

Plus d’interventions pour traiter le diabète de type 1 sont effectuées ici que partout ailleurs dans le monde

Services de santé AlbertaEDMONTON – L’hôpital de l’Université de l’Alberta a consolidé sa position de leader mondial par une intervention révolutionnaire qui aide les personnes atteintes du diabète de type 1 à maîtriser leurs niveaux de glycémie sans injections quotidiennes d’insuline.

L’année dernière, des médecins au centre des Services de santé Alberta ont effectué 61 greffes d’îlots chez 48 patients : 30 de l’Alberta et 18 de l’extérieur de la province. Cela représente près du double du nombre de greffes effectuées l’année précédente et au moins 10 fois plus que tout autre établissement dans le monde.

Vancouver est le seul autre centre au Canada à offrir cette option de traitement.

« Je suis fier que nous ayons continué de faire progresser l’important travail que nous avons amorcé ici à Edmonton », affirme docteur James Shapiro, professeur en chirurgie et médecine et directeur du programme clinique de greffes de cellules d’îlots pancréatiques. « Les Albertains et les Canadiens profitent du fait que nous demeurons à l’avant-garde d’une option de traitement prometteur pour cette maladie courante, mais dévastatrice. »

Près de 400 greffes d’îlots ont été exécutées à Edmonton depuis l’année 2000 – plus que dans tout autre centre dans le monde - représentant près d’un tiers de toutes les greffes d’îlots effectuées dans le monde.

Le protocole d’Edmonton, développé par docteur Shapiro et son équipe, consiste à isoler des cellules des îlots pancréatiques d’un pancréas d’un donneur et de les greffer dans le foie d’un receveur insulino-dépendant atteint d’un grave diabète de type 1. Les cellules des îlots pancréatiques du donneur produisent de l’insuline, ce qui aide le receveur de la greffe à recouvrer le contrôle de ses niveaux de glycémie et d’éliminer ou de réduire considérablement le besoin d’injections d’insuline. Les receveurs subissent habituellement une ou deux greffes, à quelques mois d’intervalle.

« Il ne s’agit pas d’un moyen de guérir le diabète de type 1 parce que les patients doivent prendre des médicaments antirejet toute leur vie,» explique docteur Shapiro. « Mais la greffe d’îlots permet à plusieurs de nos patients parmi les plus touchés de retrouver une qualité de vie supérieure et de les libérer de multiples injections d’insuline tous les jours qui peuvent entraîner d’autres problèmes comme l’hypoglycémie, un taux de glucose trop bas dans le sang. »

Environ neuf millions de Canadiens sont atteints de diabète; un dixième d’entre eux souffre de diabète de type 1. Les personnes qui s’avèrent être des candidats idéaux pour les greffes d’îlots sont âgées de 18 ans et plus, sont atteintes de diabète de type 1 qui exige de multiples injections d’insuline chaque jour et subissent de fréquents ou de graves épisodes hypoglycémiques. Les personnes atteintes de diabète de type 2 ne sont pas considérées comme étant des candidats parce que plusieurs autres options de traitements sont à leur disposition, dont l’exercice et des changements à l’alimentation.

Dave Drager répondait à ces critères et a reçu deux greffes d’îlots vers la fin de l’année 2009 et au début de 2010.

D’abord diagnostiqué du diabète de type 1 à l’âge de 38 ans, il a besoin 30 ans plus tard de cinq injections d’insuline par jour et a subi de graves épisodes d’hypoglycémie qui l’ont plongé dans le coma deux fois. Aujourd’hui, cet homme d’Edmonton âgé de 70 ans dit qu’il se sent énergisé et plein de vie. Sa glycémie s’est stabilisée et il a besoin de sept injections d’insuline ou moins par semaine.

« Avoir eu une greffe d’îlots m’a donné une autre vie », explique-t-il. « Je ne suis plus contraint d’utiliser autant d’aiguilles ou de surveiller constamment ma glycémie. Cette greffe m’a donné la
liberté de vivre ma vie, de voyager pendant ma retraite et de faire de l’exercice sans que mon corps flanche. »

Docteur Shapiro attribue l’accroissement du nombre de greffes d’îlots effectuées l’année dernière aux améliorations dans l’isolation des cellules des îlots pancréatiques. Les cellules greffées doivent provenir du même pancréas et au moins 300 000 cellules sont requises pour procéder à une intervention. Davantage de cellules sont nécessaires pour les receveurs plus imposants ou plus lourds.

Un pancréas d’un donneur contient environ un million de cellules des îlots pancréatiques et l’équipe de laboratoire chargée de l’isolation est maintenant capable d’isoler jusqu’à la moitié de ces cellules, augmentant le nombre de personnes admissibles à subir cette intervention.

« Les docteurs Tatsuya Kin, Doug O’Gorman et l’équipe clinique d’isolation des cellules des îlots pancréatiques sont un groupe de techniciens scientifiques incroyablement compétents et dévoués, nous sommes si reconnaissants de les avoir avec nous en Alberta, » affirme le docteur Shapiro.

Chaque intervention dure environ 20 minutes et comprend l’utilisation d’une intraveineuse pour libérer les cellules dans une veine dans le foie du receveur. 

« Nous sommes heureux de pouvoir offrir cette intervention à plus de patients et nous prévoyons que ce programme poursuivra sa croissance dans le temps,» dit le docteur Shapiro. « Nous avons aussi du travail à faire pour sensibiliser les patients et leurs fournisseurs de soins de santé à cette option de traitement. Il ne s’agit plus d’une étude de recherche. »

Les médecins et les patients qui souhaitent en savoir plus sur le programme clinique de greffes d’îlots à Edmonton sont invités à consulter le http://www.islet.ca/ ou de téléphoner au 780.407.1501.

Le programme clinique de greffes de cellules d’îlots pancréatiques est appuyé par Services de santé Alberta, le gouvernement de l’Alberta et l’Université de l’Alberta en collaboration avec l’hôpital de l’Université de l’Alberta. La recherche est appuyée par la Fondation de la recherche sur le diabète juvénile, le National Institutes of Health aux États-Unis et par le Diabetes Research Institute Foundation of Canada.

Services de santé Alberta est la régie provinciale de la santé responsable de la planification et de l’offre de services de santé et de soutien à plus de 3,8 millions d’adultes et d’enfants en Alberta. Sa mission est de fournir un système de santé accessible, durable, de qualité et centré sur le patient à tous les Albertains.

Contact pour les demandes des médias :
Sharman Hnatiuk
AHS Communications
780.407.1834

Lets turn type one into type none