FRDJ appuie un régime provincial pour financer les pompes à insuline des Néo-Écossais atteints de diabète de type 1

 

TORONTO (6 février 2013) – FRDJ appuie un régime provincial pour financer les pompes à insuline des Néo-Écossais atteints de diabète de type 1 (DT1).

Le DT1 est une maladie auto-immune qui se manifeste lorsque le pancréas cesse de produire de l’insuline, une hormone qui permet de tirer l’énergie de la nourriture. Cette maladie n’est pas déclenchée par les choix alimentaires ou un mode de vie.

Affligeant plus de 300 000 Canadiens, le DT1 peut frapper à tous les âges, rendant les enfants et les adultes dépendants de l’insuline par injections ou par pompe, pour la vie. Le nombre de personnes qui vivent avec le DT1 augmente de trois à cinq pour cent par année, l’augmentation la plus marquée étant observée chez les enfants de cinq à neuf ans.

La technologie de la pompe à insuline libère une quantité précise d’insuline en continu le jour comme la nuit, permettant ainsi aux personnes diabétiques de maintenir leur taux de glucose à un niveau convenable entre les repas, pendant la pratique d’exercice et durant la nuit. Les études ont démontré que les personnes atteintes de DT1 qui ont recours à un traitement par pompe à insuline subissent moins de complications, vivent plus longtemps et en meilleure santé. En fait, il a été prouvé qu’un régime de gestion améliorée des taux de glycémie réduit les complications du diabète liées au coeur, aux reins et aux yeux. En investissant dans la thérapie par pompe à insuline à court terme, nous franchissons des pas importants pour réduire et prévenir le développement des complications plus tard dans la vie, ce qui peut entraîner des économies pour les systèmes de soins de santé à long terme.

« FRDJ Nouvelle-Écosse a travaillé activement depuis les six dernières années à la mise en oeuvre d’une couverture des pompes à insuline pour tous les Néo-Écossais. L’objectif d’amener les systèmes en appui à la gestion du diabète en Nouvelle-Écosse au même niveau de couverture offerte dans la plupart des autres provinces et territoires au Canada date de longtemps, assurant que les personnes atteintes de DT1 en Nouvelle-Écosse puissent profiter de toutes les opportunités de minimiser les complications à
long terme de cette maladie chronique », explique Marilyn Holm, directrice régionale, région de l’Atlantique, Canada.


Au sujet de FRDJ

FRDJ est le chef de file mondial axé sur la recherche sur le diabète de type 1 (DT1). Propulsée par un réseau de bénévoles passionnés qui entretiennent un lien étroit avec les enfants, les adolescents et les adultes atteints de cette maladie, FRDJ est maintenant le plus important bailleur de fonds philanthropique de la recherche sur le DT1. La recherche de FRDJ a pour objectif d’améliorer la vie de
toutes les personnes touchées par le DT1 en accélérant les projets les plus prometteurs pour guérir, mieux traiter et prévenir le DT1. À cet égard, FRDJ collabore avec une vaste gamme de partenaires qui partagent tous cet objectif.

Depuis sa création en 1970 (1974 au Canada), FRDJ a versé plus de 1,7 milliard de dollars (américains) à la recherche sur le diabète. Les contributions de FRDJ ont permis d’améliorer considérablement les soins aux personnes atteintes de cette maladie, et d’approfondir les connaissances scientifiques cruciales sur le DT1. FRDJ ne s’arrêtera pas tant que le DT1 ne sera vaincu pour de bon. Pour de plus amples informations, visitez le www.frdj.ca.

Pour de plus amples informations :
Marilyn Holm
Directrice régionale, région de l’Atlantique, Canada
mholm@jdrf.ca
902.453.1009

Lets turn type one into type none