FRDJ et Lilly Canada financent à l'UCB des recherches susceptibles de permettre aux personnes ayant le diabète de type 1 de produire leur propre insuline

Vancouver, C.-B., 6 février 2017​ – FRDJ et Lilly Canada ont attribué une bourse de recherche postdoctorale de 60 000 $CA à une chercheuse prometteuse, la Dre Cara Ellis, boursière postdoctorale de l’Université de Colombie-Britannique (UCB). Cette bourse soutiendra des études sur des thérapies à base de cellules dans l’espoir de guérir un jour le diabète de type 1 (DT1). La Dre Ellis et ses collègues du laboratoire Tim Kieffer de l’UCB ont préparé des cellules précurseurs d’îlots pancréatiques dérivées de cellules souches embryonnaires pour utilisation dans des études de greffes effectuées sous différentes conditions. L’objectif est qu’une fois greffées, ces cellules se développeront pour devenir des cellules productrices d’insuline sensibles au glucose entièrement fonctionnelles. 

Ces recherches visent à résoudre les problèmes potentiels liés à l’utilisation de dispositifs pour protéger les cellules des attaques du système immunitaire, de faire en sorte que la procédure soit plus largement utilisée et d’offrir des avantages par rapport aux techniques existantes. Plus précisément, la Dre Ellis s’efforce de vérifier si la greffe de ces cellules sous la peau peut s’avérer être une voie d’administration viable. « Notre but est de faire avancer le développement d’une thérapie à base de cellules en tant que guérison potentielle pour le diabète de type 1 à l’avenir », a déclaré la Dre Ellis.

Actuellement, les cellules productrices d’insuline ne peuvent être recueillies qu’auprès de donneurs décédés, ce qui limite le nombre de personnes atteintes de DT1 pouvant bénéficier de la procédure. À l’inverse, les cellules productrices d’insuline dérivées de cellules souches embryonnaires peuvent être manufacturées en nombre virtuellement illimité, ce qui pourrait rendre les greffes plus facilement accessibles aux personnes diabétiques.

« Nous sommes fiers de soutenir la recherche sur des thérapies de cellules souches prometteuses », a déclaré Dave Prowten, président et chef de la direction de FRDJ Canada. « Nous espérons que ces initiatives résulteront en des traitements plus efficaces et plus largement disponibles pour les personnes atteintes de DT1, ce qui, à terme, améliorera leur qualité de vie. »

La greffe de cellules d’îlots pancréatiques humaines a fait d’importants progrès au cours de 30 dernières années, la procédure étant aujourd’hui rapide et affichant un taux de succès remarquable. De nombreux patients ainsi greffés ont pu réduire ou éliminer les injections d’insuline, mais doivent toutefois continuer à prendre des immunosuppresseurs.

Au sujet de Lilly Canada 
Établie en 1938, Eli Lilly Canada est le résultat d’une collaboration de recherche avec des scientifiques de l’Université de Toronto qui, ultimement, a produit la première insuline disponible sur le marché, une première mondiale. Aujourd’hui, Lilly Canada emploie plus de 500 personnes partout au pays qui travaillent dans les secteurs de l’oncologie, des maladies cardiovasculaires et endocrines, de la santé féminine et masculine, de l’auto-immunité, des neurosciences et du diabète. Pour en savoir plus sur Lilly Canada, visitez le www.lilly.ca/fr/index.aspx.

Au sujet de FRDJ
FRDJ est le chef de file mondial du financement de la recherche sur le diabète de type 1 (DT1). Son objectif est d’éliminer progressivement l’impact de la maladie dans la vie des personnes jusqu’à parvenir à un monde sans DT1. À cet égard, FRDJ collabore avec une vaste gamme de partenaires et est la seule organisation dotée des ressources scientifiques, d’une influence sur les règlements et d’un plan de travail précis pour mieux traiter, prévenir et un jour, guérir le DT1. FRDJ est le plus important bailleur de fonds philanthropique de la recherche sur le DT1. Pour en savoir plus, visitez frdj.ca

Au sujet de l’Université de Colombie-Britannique
L’Université de Colombie-Britannique (UCB) est un centre mondial de recherche et d’enseignement, qui se maintient toujours au nombre des 20 meilleures universités publiques au monde. Depuis 1915, l’esprit d’entreprenariat de l’UCB favorise l’innovation et défie le statu quo. L’UCB encourage ses étudiants, son personnel et son corps professoral à défier les conventions, à agir comme chefs de file de la découverte et à explorer de nouvelles façons d’apprendre et d’enseigner. À l’UCB, les idées audacieuses trouvent l’espace nécessaire pour se développer en idées susceptibles de changer le monde.

Contact pour les médias :

Sherene Chen-See
Spécialiste des communications nationales, FRDJ Canada
schensee@jdrf.ca
647.789.2368

Lets turn type one into type none