Marchez avec un chercheur

La Marche pour la guérison du diabète TELUS FRDJ 2017 approche à grands pas et nous avons organisé quelque chose de spécial pour nos champions de collecte de fonds! Les participants de Montréal, Toronto, Calgary, Edmonton et Vancouver qui amassent 5 000 $ et plus auront l’occasion de marcher avec un chercheur. Des chercheurs parmi les plus brillants dans le domaine du diabète de type 1 se joindront à nous le 11 juin – et ils ont hâte de parler des derniers développements dans la recherche sur le diabète de type 1! Nous sommes infiniment reconnaissants que nos chercheurs aient généreusement accepté de partager leurs connaissances et de participer à nos événements de la Marche. Quelle excellente raison de recueillir encore plus de fonds. Écrivez-nous à croussel@jdrf.ca pour en savoir plus.
 

Dr Gregory Korbutt, Edmonton
Professeur de chirurgie à l’Université de l’Alberta, le Dr Korbutt utilise différentes techniques pour préserver des cellules en vue de mettre au point une source plus accessible de tissus producteurs d’insuline pour leur greffe chez des patients atteints de diabète de type 1. Lui et son équipe utilisent leur nouvelle technologie « d’échafaudage 3D » pour rendre la greffe d’ilots pancréatiques plus largement accessible et fonctionnelle. L’échafaudage est un polymère (une feuille faite d’une répétition de molécules) que l’on peut rendre actif biologiquement, c’est-à-dire lui permettre d’avoir un effet sur un être vivant. La technologie d’échafaudage peut aider à améliorer le débit sanguin et l’oxygène au site de la greffe et permet aussi d’intégrer à cet échafaudage des protéines qui contribueront à garder les cellules en santé.  En savoir plus sur la recherche de Dr Korbutt.
 

Dre Nadine Taleb, Montreal
Dre Nadine Taleb, médecin endocrinologue,  a suivi sa formation à l’Université américaine de Beyrouth. Motivée par son grand intérêt pour la recherche sur le diabète, elle a poursuivi une bourse de recherche à l’Université McGill dans le domaine de la génétique endocrinienne où elle a contribué à la découverte d’un nouveau gène essentiel au développement et au fonctionnement des cellules productrices d’insuline du pancréas. Dre Taleb s’est jointe à l’équipe du Dr Rabasa-Lhoret à l’Institut de recherches cliniques de Montréal (IRCM) où elle a complété une maîtrise, et poursuit à présent un doctorat en sciences biomédicales pour continuer de développer sa carrière de chercheuse-clinicienne. Elle est lauréate de plusieurs prix et bourses (IRSC et FRSQ) et est publiée dans plusieurs publications. À présent, elle s’intéresse à trouver des stratégies efficaces pour mieux contrôler la glycémie pendant l’exercice à l’aide de technologies novatrices (pompes à insuline, capteurs de glucose et systèmes de pancréas artificiel) ainsi qu’à étudier les facteurs qui modulent l’effet du glucagon dans le pancréas artificiel à double hormones et des stratégies de traitement de l’hypoglycémie en présence de diabète.
 

Dre Corinne Hoesli, Montréal
Dre Hoesli, professeure adjointe au Département de génie chimique de l’Université McGill, effectue des tests sur une méthode novatrice qui utilise une imprimante 3D pour créer un système de pancréas bioartificiel. L’objectif est de créer un système capable de fournir aux cellules bêta productrices d’insuline le débit sanguin et l’oxygène dont elles ont besoin pour survivre après la greffe. En savoir plus sur la recherche de Dre Hoesli.
 

Ariane Beland, Montréal
Ariane Beland, originaire de Rivière-du-Loup, Québec, est  stagiaire de recherche. Elle a obtenu un baccalauréat en génie chimique de l’Université McGill en 2016 et poursuit présentement sa maîtrise dans le même domaine. Mme Beland travaille sous la supervision de la professeure Corinne Hoesli au Laboratoire de bio-ingénierie des cellules souches depuis plus de deux ans. Ses recherches sur la découverte de traitements visant à éliminer le diabète de type 1 se portent sur l’encapsulation de cellules pancréatiques et les interactions entre les cellules immunitaires et les biomatériaux. Sa thèse de maîtrise se concentre sur les cellules souches pluripotentes induites (les cellules souches capables de donner lieu à des cellules différentes). Mme Beland est passionnée par les liens entre la biologie et l’ingénierie, et par ceux avec les personnes qui contribuent à la recherche et celles qui en bénéficient. Elle espère que son enthousiasme pour la recherche pourra un jour bénéficier les personnes affectées par le diabète de type 1. 

Christina Bitar, Montréal
Christina Bitar a étudié l'ingénierie chimique avec une spécialisation en génie biomédical à l'Université d'Ottawa, où elle a reçu son diplôme en 2016. Mme Bitar poursuit actuellement une maîtrise en génie chimique à l'Université McGill sous la supervision de la professeure Corinne Hoesli. Sa recherche consiste à optimiser un processus d'émulsification de microcanaux pour l'encapsulation et l'implantation de cellules d'îlots pancréatiques en tant qu'option alternative de traitement du diabète de type 1. Ce projet nécessite une expertise dans divers domaines de l'ingénierie chimique et biomédicale, dont la mécanique des fluides, la culture de cellules de mammifères, l'ingénierie biochimique et les technologies d'encapsulation. L'intérêt de Mme Bitar pour ce projet découle de son désir d'appliquer les connaissances et les compétences acquise grâce à son éducation afin de contribuer à l'éradication du diabète de type 1. 

Lets turn type one into type none