Hommage au 100e anniversaire de la découverte de l’insuline

4 mai, 2021

« L’insuline n’est pas une guérison pour le diabète, c’est un traitement. » – Frederick Banting

L’année 2021 marque le 100e anniversaire de la découverte de l’insuline par les chercheurs Frederick Banting et Charles Best à l’Université de Toronto.

Avant le traitement par insuline, un diagnostic de diabète de type 1 (DT1) était synonyme d’une mort inévitable pour les enfants. Le DT1 est une maladie auto-immune déclenchée par l’attaque du système immunitaire qui détruit les cellules bêta productrices de l’hormone d’insuline dans le pancréas. Sans insuline, le corps ne parvient pas à maintenir des taux de sucre sains dans le sang.

Bien que des recherches soient menées sur des moyens de dépister et de prévenir le diabète, et d’approfondir les connaissances sur ses causes, il est toujours impossible de prévenir la maladie, laquelle est souvent diagnostiquée après des années de progression chez les patients.

Le Canada observe également une augmentation des cas de DT1, et la raison de cette hausse demeure inconnue encore aujourd’hui.

C’est en 1921 que Frederick Banting et Charles Best ont découvert que le pancréas produit l’hormone d’insuline, sous la direction de John Macleod à l’Université de Toronto.

Avec l’aide de James Collip, ils ont purifié une version synthétique de l’insuline et ont produit le premier véritable traitement pour le diabète.  

À ce jour, l’insuline demeure l’une des plus importantes percées scientifiques dans le monde médical. Messieurs Banting et Macleod ont reçu un Prix Nobel en 1923 en reconnaissance de leurs travaux. On dit que l’insuline est le cadeau du Canada au reste du monde.

Malgré les nombreuses avancées dans les technologies et l’administration de l’insuline, par injections ou par pompe, au cours des 100 dernières années, l’insuline demeure le seul traitement pour le DT1.

Tandis que nous soulignons la remarquable découverte de l’insuline, et ce qu’elle signifie pour les personnes atteintes du DT1, nous reconnaissons aussi le besoin d’aller au-delà de l’insuline et de redoubler d’efforts pour trouver une guérison.  

FRDJ a été créée pour guérir le DT1, et chaque jour, nos recherches nous rapprochent de cet objectif.

Nous devons faire deux choses pour guérir le DT1 : nous devons renverser la réponse auto-immune qui cause la maladie et détruit les cellules bêta productrices d’insuline, et nous devons trouver un moyen de protéger et de rétablir leurs fonctions. Nos recherches axées sur une guérison progressent sur ces deux volets vers l’objectif ultime de libérer les gens atteints de DT1 de tous les âges de l’insuline.

Les thérapies cellulaires, dont la greffe d’îlots pancréatiques, ont montré que le remplacement des cellules productrices d’insuline chez les personnes atteintes de DT1 peut libérer certaines d’entre elles de l’insuline.

L’objectif de FRDJ est de faire progresser ce principe en mettant au point des produits de remplacement de cellules sécuritaires et efficaces qui seront accessibles à un grand nombre de personnes atteintes de DT1, les libérant ainsi de l’insuline à long terme sans une large immunosuppression chronique.

Les chercheurs canadiens ont toujours été au premier plan des recherches de pointe sur le DT1 et travaillent à des projets financés par FRDJ aujourd’hui qui pourraient aider à mettre au point des traitements qui guériront le diabète de type 1 – et permettront de le prévenir aussi.

Que signifie une guérison?

« Aider FRDJ à trouver une guérison pour le DT1 évitera à d’autres enfants de perdre leur enfance. Un enfant de cinq ans devrait penser à jouer avec ses amis et non pas à sa prochaine injection d’insuline. Des scientifiques extrêmement talentueux travaillent à trouver de meilleurs traitements et des thérapies de guérison. Ils ont besoin de notre aide. » – Fanny Guimont-Desrochers, Ph. D., SCYM, chercheuse scientifique en immunologie, diagnostic à l’âge de 5 ans

« La découverte de l’insuline il y a 100 ans nous permet de rester en vie avec la maladie. Maintenant, nous devons agir pour que nous puissions vivre une vie presque normale à l’aide de nouvelles technologies pendant que nous accélérons nos efforts afin de trouver une guérison pour la prochaine génération. 

« Une guérison me permettrait, et à mes amis, à mon fils et à toutes les autres personnes, de ne plus vivre avec le fardeau de la gestion de cette maladie. » – Dr Mike Riddell, chercheur dans le domaine du diabète de type 1. Diagnostic à l’âge de 5 ans, et père d’un garçon qui a reçu le diagnostic de DT1 il y a quatre ans.

« Vivre avec le DT1 est très difficile. Seules les personnes atteintes de DT1 comprennent vraiment combien la vie est difficile avec cette maladie. Elle est un fardeau permanent, 24 heures sur 24, 365 jours par année. L’impact psychologique de cette maladie pour moi et ma famille ne peut être sous-estimé. C’est pour cette raison que j’ai consacré une bonne partie de ma vie à aider FRDJ à faire progresser notre mission.

FRDJ mène la charge dans le monde pour les recherches sur le DT1 et nous devons accélérer le rythme de nos recherches pour nous rapprocher de notre objectif d’un monde sans diabète.

Je crois fermement que cet objectif est réalisable. Pour moi, un monde sans diabète signifie plusieurs choses. Mais en particulier, il signifie que je n’aurais plus jamais à m’inquiéter que mes enfants aient à vivre avec le DT1. Cela changerait tout. » – Lorne Schiff, ancien président du conseil d’administration de FRDJ, diagnostic à l’âge de 7 ans.


Les recherches sur le DT1 progressent à une incroyable vitesse, et nous sommes entrés dans une nouvelle ère de découvertes et d’innovations. FRDJ soutient ces progrès et investit dans les recherches sur le diabète qui nous amèneront au-delà de l’insuline et vers une guérison plus rapidement. Informez-vous sur notre #Campagnepouraccélérer et sur la façon de participer.

Restez informé des dernières nouveautés