Diabète de type 1 (DT1) et COVID-19 : Foire aux questions

Diabète de type 1 (DT1) et COVID-19 : Foire aux questions

 

La pandémie de la COVID-19 soulève beaucoup d’inquiétudes pour tout le monde, particulièrement les personnes vivant avec des problèmes de santé. Pour soutenir et informer la communauté du DT1, FRDJ Canada a consulté un panel d’endocrinologues canadiens (énumérés plus bas) afin de fournir des réponses à vos questions.

Tout d’abord, nous tenons à souligner l’importance d’une bonne hygiène des mains et des mesures d’éloignement social afin de réduire la propagation de l’infection.

Chaque personne vivant avec le diabète de type 1 est différente. Nous vous encourageons donc à communiquer vos besoins à votre équipe de soins – les réponses fournies plus bas ne remplacent pas l’avis de votre médecin. De plus, la situation de la COVID-19 évolue rapidement et de nouvelles informations deviennent disponibles à chaque jour. L’information plus bas est celle du 25 mars 2020.

Q : Est-ce que les personnes vivant avec le DT1 courent un plus grand risque de contracter la maladie à coronavirus (COVID-19)?

Il n’y a pas d’évidence soutenant que les personnes qui vivent avec le DT1 courent un plus grand risque d’être infectées par le SARS-CoV-2, le virus causant la COVID-19. Certains pays ont publié des rapports scientifiques déclarant que les personnes atteintes de diabète courent un plus grand risque. Cela peut être expliqué par le fait que les personnes vivant avec le diabète ont eu plus de contacts avec d’autres patients et professionnels de la santé au début de l’épidémie, lorsque l’importance de l’éloignement social n’était pas bien connue.

Q : Pourquoi le pronostic de la COVID-19 est plus défavorable chez une personne atteinte de diabète?

Selon les connaissances actuelles par rapport aux autres infections virales, si une personne atteinte de DT1 souffre de la COVID-19, les conséquences sont généralement plus sévères. C’est particulièrement le cas si cette personne présente des complications du diabète (maladies cardiovasculaires, insuffisance cardiaque, insuffisance rénale, etc.) et/ou cette personne a plus de 70 ans. De plus, la gestion de la glycémie est plus difficile lors d’une infection, rendant le traitement plus complexe. Si une personne atteinte de DT1 est atteinte de la COVID-19 et a de la difficulté avec la gestion de la maladie, elle pourrait courir un plus grand risque de produire des corps cétoniques, de développer une acidocétose diabétique, de tomber en hypoglycémie ou de développer une autre infection (bactérienne) si la glycémie est très haute.

Une grande partie de la population décédée de la COVID-19 en Chine avait le diabète – mais la plupart de ces personnes avaient probablement le diabète de type 2 puisque celles-ci sont généralement plus âgées que ceux vivant avec le diabète de type 1. Ce n’est pas encore clair si le diabète en lui-même aggrave la maladie ou si celle-ci est aggravée par les autres conditions médicales associées au diabète (maladies cardiovasculaires ou rénales). Les recherches en cours vont idéalement bientôt fournir plus d’informations sur ces incertitudes. Comme pour n’importe quelle maladie, chaque individu est différent. Nous vous encourageons à consulter votre équipe de soins afin de discuter de vos risques.

Q : Est-ce que les personnes atteintes de DT1 ont besoin de prendre des précautions supplémentaires afin d’éviter de contracter la COVID-19, outre celles recommandées pour la population générale?

L’éloignement social est crucial dans le contexte actuel afin de vous protéger et de protéger ceux autour de vous. Nous avons tous un rôle à jouer dans la réduction de l’impact de l’épidémie de la COVID-19 au Canada. Nous pouvons tous montrer l’exemple : rester à la maison autant que possible, travailler et socialiser au travers d’options virtuelles, passer une commande d’épicerie auprès d’un commerce ou d’un ami et garder une distance de 2 m entre vous et les autres personnes si vous devez sortir. Si vous aviez prévu des rendez-vous dans une clinique, S.V.P vérifier auprès de votre équipe de soins s’il est possible d’obtenir une consultation téléphonique ou virtuelle. Veuillez reporter vos tests de routine à moins que vous ayez clairement un besoin urgent.

Si vous avez de la difficulté avec la gestion de votre glycémie et avez des complications comme une maladie cardiaque ou rénale, ou si vous êtes plus âgés (~60 ans et plus), nous vous recommandons de considérer des mesures additionnelles pour minimiser l’exposition potentielle au virus. Si vous avez une hémoglobine glyquée élevée (>9%), vous pourriez aussi envisager de vérifier plus souvent votre glycémie. En collaborant avec votre équipe de soins (par téléphone ou par vidéo), vous pourriez réduire sécuritairement votre glycémie dans les prochaines semaines tant que la COVID-19 reste un problème, puisque réduire votre hémoglobine glyquée pourrait diminuer l’impact de la COVID-19 si vous contractez la maladie.

Q : Mon enfant vit avec le DT1 – court-il un plus grand risque par rapport aux autres enfants qui n’ont pas le DT1?

De façon générale, les enfants infectés par la COVID-19 ont des symptômes légers. Aucune évidence n’a encore été publiée par rapport aux enfants avec le DT1 et la COVID-19. Cependant, des témoignages de l’Europe suggèrent que les enfants atteints de DT1 présentent eux aussi des symptômes légers. Ces enfants pourraient donc recevoir des soins appropriés tout en demeurant à la maison.

Toutefois, les enfants et les jeunes ne sont pas immunisés aux complications sérieuses de la maladie. Il est donc important de prévenir une éventuelle acidocétose diabétique (une condition sérieuse et dangereuse), une hypoglycémie sévère et la déshydratation. Durant une période de maladie, il est important de vérifier plus souvent la glycémie et les corps cétoniques (cétones). Il est également important de suivre les directives et de communiquer avec votre équipe locale de diabète si nécessaire. Nous vous recommandons de vous assurer que les fournitures pour les tests de cétones (urine et/ou bandelettes de sang) n'ont pas expiré, et d'être prêt à donner de l'insuline à action rapide supplémentaire, si nécessaire, si votre enfant a une glycémie et des cétones élevées   ̶   aussi souvent que toutes les 3-4 heures si indiquées. Nous vous recommandons de suivre les directives de gestion de la maladie dans votre clinique du diabète. Par exemple, voici un lien utile pour des renseignements sur la gestion des maladies du Conseil provincial de l'Ontario pour la santé maternelle et infantile. Des détails supplémentaires en anglais et en français peuvent également être consultés ici.

Q : Notre approvisionnement d’insuline au Canada court-il un risque? Qu'en est-il des fournitures ou des appareils pour le diabète?

Jusqu'à présent, nous n'avons connaissance d'aucune interruption de la chaîne d'approvisionnement pour les médicaments, y compris l'insuline, ou pour les appareils liés au diabète. Pour une liste des avis de fabricants spécifiques, veuillez visiter frdj.ca/coronavirus. Toutefois, la disponibilité de certains médicaments (y compris l'insuline) dans les pharmacies individuelles est affectée car de nombreux consommateurs ont demandé plus de médicaments qu’à l'habitude. Nous continuons de surveiller la situation et de fournir des informations et du soutien. Si vous ne pouvez pas obtenir d’insuline, nous vous recommandons de contacter directement l’équipe de service clientèle de votre fabricant d’insuline.

Q : J'ai entendu dire que certains médicaments antihypertenseurs (IECA et / ou ARA) pourraient augmenter mon risque de contracter la COVID-19. Est-il sécuritaire de continuer à prendre ces médicaments?

Il n'y a aucune bonne preuve pour nous dire que ces médicaments aggravent le risque de développer la COVID-19 ou les conséquences une fois infecté (voir une déclaration en anglais d'Hypertension Canada du 13 mars 2020 ici). Si votre médecin a commencé l'un de ces médicaments afin de protéger votre cœur ou vos reins, vous devriez continuer à le prendre, sauf si vous avez de la diarrhée, des vomissements ou si vous êtes déshydraté, auquel cas consultez votre équipe soignante pour obtenir des conseils.

Q : Et l'ibuprofène?

Malgré certaines suggestions dans les médias que l'ibuprofène devrait être évité avec la COVID-19, il n'y a pour l’instant aucune preuve suggérant qu'il est dangereux, bien que certaines autorités sanitaires (comme le NHS au Royaume-Uni) recommandent l'acétaminophène comme premier choix pour traiter une fièvre avec soupçon de la COVID-19. Cependant, pour toute personne qui prend de l'ibuprofène pour d'autres conditions (telle que l'arthrite), il n'est pas nécessaire d'arrêter à ce moment. Les patients atteints d’un dommage rénal avancé doivent être prudents quant à l'utilisation de l'ibuprofène en général et cette situation s'applique également à la situation actuelle. Certains capteurs de lecteurs de la glycémie en continu (y compris Dexcom G4 et G5, Medtronic Enlite et peut-être d'autres) sont affectés par l'acétaminophène et font en sorte que le capteur affiche une lecture plus élevée que la véritable glycémie au cours des 3-4 heures après avoir pris une dose régulière. Ainsi, si vous utilisez l'un de ces capteurs et soupçonnez que vous pourriez avoir la COVID-19, nous vous recommandons d’utiliser une méthode de surveillance de la glycémie alternative (glycémie capillaire) si vous prenez de l'acétaminophène.

Q : Comment puis-je aider ma famille à apprendre et à se préparer pour la COVID-19?

Les familles doivent trouver des moyens appropriés de parler à leurs enfants de la pandémie et d'enseigner ou de renforcer les comportements de santé importants qui réduisent les risques d'exposition. Chaque famille doit trouver ses propres solutions pour s'adapter aux restrictions telles que l’éloignement social ou la quarantaine. Une ressource utile peut être trouvée ici (en anglais seulement).

Q : Dois-je éviter d'assister à des rendez-vous médicaux en personne dès maintenant?

Il est préférable de contacter votre équipe de soins locale pour obtenir des conseils. De nombreuses cliniques proposent des rendez-vous par téléphone ou par appel vidéo pour minimiser le risque de contracter la COVID-19, ainsi que pour retarder les tests de routine. Rassurez-vous, s'il y a une urgence, vos équipes pourront vous rencontrer. Il n'est tout simplement pas recommandé que de grands groupes de personnes se rassemblent actuellement dans les établissements de santé.

Pour plus d'informations sur la prévention de la COVID-19, comment se préparer et quoi faire si vous pensez présenter des symptômes de la COVID-19, veuillez visiter frdj.ca/coronavirus.

Nous remercions sincèrement le Dr Farid Mahmud (professeur agrégé, pédiatrie, endocrinologie, Hospital for Sick Children), le Dr Rémi Rabasa-Lhoret (professeur de médecine et de nutrition à l'Institut de recherches cliniques de Montréal (IRCM) et le Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM)), le Dr Bruce Perkins (professeur de médecine, endocrinologie, Université de Toronto), et le Dr Peter Senior (professeur de médecine, division d'endocrinologie, Université de l'Alberta) pour avoir offert leur expertise.

Lets turn type one into type none