Essais cliniques sur des thérapies par cellules des îlots pancréatiques et cellules souches pour le diabète de type 1

La transplantation clinique d’îlots pancréatiques est reconnue comme étant un traitement viable qui pourrait éliminer la dépendance à vie à l’insuline chez les personnes atteintes de diabète de type 1 (DT1). Toutefois, en raison des défis de l’auto-immunité lors de la transplantation d’îlots, de puissants traitements immunosuppresseurs sont nécessaires à l’heure actuelle pour prévenir le rejet aigu et à long terme de la greffe.

Malgré les traitements immunosuppresseurs utilisés dans le programme de transplantation d’îlots du Dr James Shapiro à Edmonton, la majorité des participants à cette recherche ont encore besoin de deux transplantations ou plus d’îlots pour parvenir à l’indépendance à l’insuline. L’immunothérapie actuelle consiste en une combinaison de traitements d’induction, anti-inflammatoires et d’entretien, lesquels ont contribué à des taux de succès plus élevés des transplantations d’îlots; cependant, le développement d’un traitement immunosuppresseur à vie et à dose élevée est encore nécessaire pour limiter les effets secondaires et favoriser la production d’insuline par les cellules bêta.

Avec son nouveau projet de 1,5 million $ financé par FRDJ, le Dr Shapiro entend s’attaquer aux plus importantes lacunes des traitements par remplacement de cellules bêta.

Sa recherche sera axée sur :

  1. L’optimisation de la source de cellules souches : les chercheurs doivent établir le stade de différenciation des cellules souches qui génèrera les cellules bêta les plus fonctionnelles après avoir été greffées chez les humains;
  2. La protection des cellules : Dr Shapiro procèdera à la mise à l’essai de la sécurité et de l’efficacité de perfusions de lymphocytes T régulateurs pour préserver la survie et la fonction des cellules bêta dans le corps humain avec beaucoup moins de médicaments antirejet;
  3. L’accélération de l’application clinique : Tandis que des essais cliniques sur des humains seront développés pour la transplantation d’îlots en utilisant l’immunosuppression standard, ils fourniront de précieuses informations cliniques sur la sécurité et l’efficacité de ces traitements novateurs qui pourront être intégrés à de futurs traitements de remplacement cellulaire.

L’étude du Dr Shapiro pourrait transformer la recherche sur le DT1 au Canada et partout dans le monde. En optimisant la source de cellules souches, en validant des stratégies visant à protéger les cellules du système immunitaire après la transplantation et en accélérant l’application clinique, nous nous rapprocherons très certainement de découvertes prometteuses pour guérir le DT1 et améliorer la vie d’un nombre incalculable de Canadiens.

Lets turn type one into type none