Les lymphocytes T régulateurs (Treg) et leur fonctionnement en présence de DT1

Dre Anne Maria Pesenacker, chercheuse financée par FRDJ à l’Université de Colombie-Britannique et maintenant au UCL’s Institute of Immunity and Transplantation, étudie le fonctionnement des lymphocytes T régulateurs (Treg) dans la santé, et le meilleur moyen de suivre l’évolution de leur état.

Les Treg sont un type spécialisé de globules blancs qui empêchent les cellules immunitaires d’attaquer le corps. Les maladies auto-immunes comme le diabète de type 1 (DT1) peuvent se manifester lorsqu’ils arrêtent de fonctionner. En fait, en présence de DT1, les Treg font défaut et les lymphocytes T effecteurs attaquent et détruisent les cellules bêta productrices d’insuline dans le pancréas, provoquant la perte du contrôle glycémique et entraînant une dépendance à vie à des injections d’insuline.

Dre Pesenacker a utilisé un test lors de sa recherche initiale pour observer l’évolution de la santé des Treg dans le cadre d’un traitement avec l’ustekinumab (un anticorps humain fabriqué pour contrer des protéines naturellement présentes qui affectent le système immunitaire et interviennent dans des troubles inflammatoires à médiation immunologique). Elle a effectué des mesures de la signature génétique des Treg à partir d’échantillons recueillis des essais de phases I et II sur l’ustekinumab et a développé un algorithme pour prédire les patients dont l’état décline rapidement ou lentement en réponse au traitement. Plus récemment, elle a optimisé un moyen d’employer une technologie de modification des gènes, nommée CRISPR, pour la fabrication de cellules primaires humaines afin d’étudier la fonction de protéines intégrales spécifiques qui interviennent dans la signalisation cellulaire dans la santé et le DT1.

Le développement de cette signature génétique de Treg marque une réalisation majeure dans la recherche et pourrait permettre de franchir une étape vers un biomarqueur significatif de l’état immunitaire en présence de DT1. La mise à l’essai de ce biomarqueur lors de multiples études cliniques dans le futur pourrait aussi mener à l’avancement d’algorithmes universels qui peuvent être appliqués pour cibler les déclins rapides ou lents de l’état du patient, effectuer le suivi du DT1 au fil du temps et/ou sélectionner les personnes susceptibles de réagir à l’immunothérapie.

Dre Pesenacker est l'une des deux chercheurs prometteurs ayant reçu une bourse de recherche postdoctorale d’Eli Lilly Canada du Réseau canadien d’essais cliniques (RCEC) de FRDJ en 2017. Dre Pesenacker a appris à établir et à mener des études translationnelles sur l’immunologie sous la supervision de Dre Megan Levings et en travaillant en étroite collaboration avec des membres clés d’essais cliniques au BC Diabetes, au Immune Tolerance Network et au RCEC. Dre Pesenacker a reçu en 2018 une bourse de recherche postdoctorale de perfectionnement professionnel de Versus Arthritis et s’est établie au UCL Institute of Immunity and Transplantation (London, Royaume-Uni) pour élargir sa recherche, développer son propre programme de recherche et approfondir son expertise à faire progresser les résultats de recherche au stade d’essai clinique.  

FRDJ est fière de soutenir le travail d’une jeune chercheuse aussi talentueuse que Dre Pesenacker.

Lets turn type one into type none