Parler de DT1 et de la COVID-19 avec un expert

 

Une séance de questions et réponses avec le Dr Rémi Rabasa-Lhoret, chercheur clinicien financé par FRDJ et endocrinologue à l’Institut de recherches cliniques de Montréal.

FRDJ a invité un expert réputé dans le domaine du diabète de type 1 (DT1) pour parler de la probabilité de contracter la COVID-19, des personnes dont le risque de tomber gravement malade est plus élevé et de ce que les personnes dont le DT1 est bien contrôlé peuvent faire pour rester en santé.

Dr Rabasa-Lhoret a partagé cette information, entre autres, durant la période de questions et réponses de la séance Facebook Live, que vous pouvez regarder en cliquant sur le lien ci-dessous. 

 

 

Dr Rabasa-Lhoret a également répondu à de nombreuses questions des auditeurs en direct. Voici les sujets les plus discutés.

 

Q. Est-ce que le risque de contracter la COVID-19 est plus élevé pour les personnes atteintes de DT1?

R. Aucune preuve ne le suggère à ce moment-ci. Bien sûr, si vous souffrez déjà de complications liées au DT1, il est plus facile de contracter tous genres d’infections.

Q. Est-ce que les personnes atteintes de DT1 qui travaillent dans des établissements de soins de santé courent le risque de contracter la COVID-19? Devraient-elles prendre des précautions en particulier?

R. Le niveau de risque dépend de plusieurs facteurs, dont l’âge de la personne, le niveau de contrôle de sa glycémie et la présence de complications liées au DT1. Comme il est généralement conseillé, l’éloignement social, se laver les mains fréquemment et rester à la maison demeurent les meilleures pratiques pour ces personnes. De même, elles devraient reporter toute visite en personne à la clinique et consulter leur équipe de soins par téléphone ou en ligne pour les suivis de routine.  

Q. Est-ce que le pronostic de la COVID-19 est pire pour les personnes atteintes de DT1?

Dr. Rémi Rabasa-Lhoret 

R. Nous savons que les conséquences des infections virales peuvent être plus importantes pour les personnes atteintes de DT1 puisqu’elles perturbent le contrôle de la glycémie. Le pronostic est influencé par de nombreux facteurs, dont l’âge de la personne, le niveau actuel du contrôle de sa glycémie et la présence de complications actuelles liées au DT1 comme une maladie du cœur ou des reins.

Q. Est-ce qu’il y a un risque particulier que les enfants atteints de DT1 contractent la COVID-19?

R. Aucun rapport ne démontre des résultats majeurs ou néfastes chez les enfants atteints de DT1 qui ont contracté la COVID-19. Même lorsque la maladie s’est manifestée, elle était extrêmement légère. Il faut toutefois que le contrôle de la glycémie soit minutieusement surveillé dans de tels cas et les familles devraient se préparer en se procurant des fournitures additionnelles comme de l’insuline et des bandelettes de test de cétones.

Q. Est-ce qu’il y a un risque de problème d’approvisionnement chez les entreprises qui fabriquent de l’insuline et des articles pour les glucomètres continus?

R. Toutes les entreprises ont des stocks et nous n’anticipons aucune interruption dans la chaîne d’approvisionnement à ce moment-ci.

Q. Quels sont les médicaments sécuritaires à utiliser?

R. Les acétaminophènes, comme Tylenol, peuvent être utilisés comme traitement de premier recours. Toutefois, ils n’ont pas de propriétés anti-inflammatoires et les personnes atteintes de DT1 doivent savoir que ces médicaments peuvent parfois interférer avec certains glucomètres continus, etc. Si vous prenez déjà de l’ibuprofène (Advil par exemple) pour une autre maladie, comme l’arthrite, il est recommandé de consulter votre médecin pour continuer de le faire.

Pour d’autres informations sur le DT1 et la COVID-19, visitez frdj.ca/coronavirus.

 

Lets turn type one into type none