Un médicament approuvé pour traiter le psoriasis et la maladie de Crohn pourrait protéger les cellules bêta transplantées

Le traitement par remplacement de cellules bêta est l’une des nombreuses options de traitements utilisés pour améliorer la santé et la qualité de vie des personnes atteintes de diabète de type 1 (DT1).

Dr Jan Dutz, chercheur financé par FRDJ, et son équipe à l’Université de Colombie-Britannique, évaluent actuellement si l’administration d’un anticorps portant le nom d’ustekinumab chez les adultes et les enfants dont le diagnostic de DT1 est récent peut offrir une protection aux cellules bêta productrices d’insuline.

En présence de DT1, les lymphocytes T régulateurs (Treg) du système immunitaire attaquent et détruisent les cellules bêta, entraînant chez les personnes atteintes une dépendance à vie à des injections ou à des perfusions d’insuline. Le contrôle de la glycémie est souvent imparfait, menant parfois à un risque plus élevé de complications découlant de l’hyperglycémie chronique (glycémie élevée), et à une diminution de l’espérance de vie.

Des études ont démontré que l’ustekinumab, un médicament hautement efficace dont l’utilisation sécuritaire est approuvée pour traiter le psoriasis et la maladie de Crohn, réussit à empêcher les cellules Treg de s’attaquer aux cellules bêta, réduisant ainsi la demande d’insuline et préservant la sécrétion d’insuline.

Dans la phase 1 de l’essai clinique sur l’ustekinumab (en anglais seulement) financé par FRDJ par l’entremise du Réseau canadien d’essais cliniques, Dr Dutz a démontré que l’ustekinumab fait obstacle à l’inflammation et peut être administré en sécurité à de jeunes adultes dont l’apparition du DT1 est récente. De même, le médicament a réussi à bloquer l’activation des cellules Treg chez les modèles animaux et humains atteints de DT1, préservant ainsi la fonction des cellules bêta et la sécrétion d’insuline.

Dans la phase 2 de l’essai clinique, Dr Dutz procédera à des tests sur la capacité de l’ustekinumab à empêcher le développement de la maladie chez les adultes dont l’apparition du DT1 est récente. L’essai clinique étudiera 60 jeunes adultes dont le diagnostic est récent (dans les 100 jours) qui recevront au hasard l’ustekinumab ou un placébo pendant un an et dont la fonction du pancréas sera suivie durant cette période. Sachant que ce médicament diminuera les protéines inflammatoires qui sont responsables de la destruction des cellules bêta, le Dr Dutz croit que ce médicament pourra aussi stopper la progression du diabète en protégeant les cellules bêta productrices d’insuline restantes dans le pancréas, et leur permettre de sécréter de l’insuline et de se régénérer.

L’ustekinumab offre possiblement un nouveau traitement pour prévenir ou ralentir la progression du DT1. Conséquemment, les personnes dont le diagnostic est récent pourront diminuer leur dépendance à l’insuline, mieux contrôler leur glycémie et réduire leur risque de complications.

Rendez-vous à notre Blogue de FRDJ sur notre site Web afin d’accéder à d’autres articles informatifs sur la santé et le diabète de type 1.

Lets turn type one into type none