Diabète 360°

Un cadre pour une stratégie nationale complète sur le diabète dans le but d’inverser le taux rampant et croissant du diabète au Canada.

Une stratégie pancanadienne sur le diabète

FRDJ Canada appuie l'initiative Diabète 360⁰

FRDJ Canada appuie l’initiative Diabète 360⁰, un cadre pour une stratégie pancanadienne sur le diabète qui serait dirigée par le gouvernement du Canada en collaboration avec les gouvernements provinciaux et territoriaux et les organisations du diabète. Diabète 360⁰ a été conçu par Diabetes Canada et développé en collaboration avec 120 experts. Soutenu par les principales organisations de lutte contre le diabète au Canada, Diabète 360⁰ vise à réduire drastiquement et éventuellement à mettre fin au diabète selon quatre objectifs:

  • 90 % des Canadiennes et Canadiens auront un cadre de vie permettant de réduire leur risque de diabète
  • 90 % des Canadiennes et Canadiens connaîtront leur statut diabétique
  • 90 % des Canadiennes et Canadiens diabétiques prendront des mesures appropriées pour prévenir le diabète et ses complications
  • 90 % des Canadiennes et Canadiens parviendront à améliorer leurs résultats en matière de santé

Recommandation de FRDJ

Que le gouvernement mette en œuvre une stratégie nationale sur le diabète (Diabète 360⁰) avec des résultats spécifiques pour le diabète de type 1 et inclue un nouveau financement pour la recherche visant à guérir, prévenir et traiter la maladie.

Le gouvernement du Canada a la chance de jouer un rôle de leader essentiel aux côtés des partenaires provinciaux, territoriaux et municipaux et des intervenants du diabète en appuyant l’initiative Diabète 360⁰ afin d’élaborer une stratégie pancanadienne pour le diabète. Le diabète de type 1 et de type 2 sont des maladies très différentes et nécessiteront des approches différentes dans toute stratégie nationale. Bon nombre des interventions de style de vie visant à prévenir le diabète de type 2 n’auront aucun effet sur le type 1, une maladie auto-immune non évitable pour laquelle il n’existe aucun remède connu. Pour le DT1, la prévention signifie se concentrer sur la recherche pour comprendre ce qui déclenche la destruction des cellules productrices d’insuline dans l’organisme.

Le 21 juin 2021, le projet de loi C-237 – une loi visant à établir un cadre de travail national pour le diabète au Canada – a été adopté au Parlement, élaborant ainsi une mesure législative prévoyant l’établissement par le Canada d’un cadre de travail national pour le diabète.

Le projet de loi C-237 a été présenté par la députée Sonia Sidhu, de Brampton-Sud en Ontario.
La Loi prévoit désormais que le Canada dispose d’un cadre de travail national pour le diabète afin d’améliorer la prévention, la gestion et les recherches sur le diabète.

Le fait d’établir un cadre de travail national pour le diabète nous permet de continuer le travail de recherche afin d’éviter les séjours à l’hôpital, d’améliorer la vie des personnes touchées par le DT1 aujourd’hui et idéalement, d’éviter de nouveaux diagnostics. Ce cadre doit également favoriser un meilleur accès aux médicaments et aux appareils, comme les pompes à insuline et les dispositifs de pointe pour la surveillance du glucose, ce qui est une grande partie de notre travail de défense d’intérêts par l’entremise de notre campagne #Accès pour tous.

Le ministre fédéral de la Santé a maintenant un an pour déposer un cadre de travail national pour le diabète au Parlement. Les organisations membres de Diabète 360⁰ seront probablement en mesure de participer à la formalisation du cadre de travail et idéalement, à sa mise en œuvre. Une fois le cadre de travail confirmé, il sera mis en œuvre et des comptes rendus devront être présentés au Parlement tous les cinq ans.

Le projet de loi de madame Sidhu requiert que le cadre de travail pour le diabète déposé par le ministre fédéral de la Santé réponde à certains critères : il doit promouvoir de nouvelles recherches sur la maladie; améliorer la collecte de données sur le diabète; identifier les pratiques exemplaires pour traiter le diabète; et inclure un plan visant à promouvoir la prévention du diabète.

Le cadre de travail doit également « assurer » que le crédit d’impôt du gouvernement pour personnes handicapées soit conçu de sorte d’aider le plus grand nombre possible de personnes atteintes de diabète.
L’adoption du projet de loi C-237 survient dans le cadre du 100e anniversaire de la découverte de l’insuline. L’insuline a amélioré les résultats de santé des personnes atteintes de DT1, mais elle n’est qu’un traitement et non pas une guérison. Le moment est venu d’aller au-delà de l’insuline et vers une guérison.

FRDJ se réjouit de continuer à soutenir l’initiative Diabète 360⁰ et de la possibilité de travailler avec les gouvernements pour aider à faciliter sa mise en œuvre. Il s’agit là d’un important pas en avant vers le jour où nous vivrons dans un monde sans diabète de type 1.

Le diabète au Canada

Depuis 2013, le Canada n’a pas de stratégie pour faire face à l’une des plus importantes crises sanitaires de notre époque. Sans soutien ou mesure dédiée à la lutte contre l’épidémie de diabète, toutes les 24 heures :

  •         Plus de 20 Canadiennes et Canadiens meurent de complications liées au diabète
  •         480 Canadiennes et Canadiens atteints de cette maladie dévastatrice sont diagnostiqués
  •         14  Canadiennes et Canadiens se font amputer d’un membre inférieur
  •         75 millions de dollars sont dépensés par notre système de soins de santé pour traiter le diabète

La prévalence du diabète au Canada ne fait pas que monter en flèche, mais elle est déjà parmi les pires des pays de l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques), selon la Fédération internationale du diabète. Au Canada aujourd’hui, une personne sur trois vit avec un prédiabète ou un diabète – 11 millions de Canadiennes et Canadiens. Depuis 2000, le nombre de Canadiennes et Canadiens atteints de diabète a doublé. Un jeune de 20 ans au Canada a maintenant 50 % de chances de développer la maladie et ce chiffre atteint 80 % au sein de certaines populations autochtones. Le taux mondial de DT1 augmente de 3% chaque année – le taux du Canada augmentant de 5% – et nous ne savons pas pourquoi. Au-delà de l’impact incommensurable sur la vie humaine, si la prévalence augmente de 40% au cours de la prochaine décennie comme prévu, les coûts directs associés au traitement du diabète au Canada dépasseront 39 milliards de dollars d’ici 2028.

Pour le DT1, la prévention signifie un investissement accru dans la recherche sur l’auto-immunité pour comprendre et prévenir la réponse qui déclenche la destruction par l’organisme de ses cellules productrices d’insuline.

Le diagnostic tardif du DT1 est un facteur majeur de l’incidence de l’acidocétose diabétique potentiellement mortelle mais évitable chez les enfants et les adultes, avec environ 5 à 10 000 Canadiennes et Canadiens hospitalisés chaque année en raison de l’acidocétose diabétique. Chez les tout-petits, les nourrissons représentent un nombre alarmant Près de 4 enfants sur 10 de moins de 3 ans présentent une acidocétose diabétique au moment du premier diagnostic. Parmi ceux-ci, 38% avaient consulté un médecin au cours de la semaine précédente. Des interventions sont nécessaires pour aider les fournisseurs de soins de santé à diagnostiquer le DT1 plus tôt, y compris une utilisation accrue des tests de glycémie par piqûre au doigt en milieu clinique et des tests sur les membres de la famille des personnes atteintes de DT1.

Les interventions appropriées pour le DT1 visant à réduire les complications comprennent celles qui favorisent le respect des directives de traitement recommandées (contrôles des yeux et des pieds, par exemple) ainsi que celles qui améliorent l’accès aux technologies bénéfiques pour le diabète telles que les pompes à insuline,  systèmes flash de surveillance du glucose, systèmes de surveillance du glucose en continu et systèmes hybrides à boucle fermée.

Améliorer les résultats en ce qui concerne le DT1 signifie aller au-delà de l’HbA1C pour examiner d’autres paramètres tels que le temps passé dans la fourchette cible et la réduction des événements d’hypo- et d’hyperglycémie.

En 2018, Diabetes Canada a publié le rapport «Diabète 360˚: Un cadre pour une stratégie sur le diabète pour le Canada. Diabète 360°. Cette stratégie est une approche globale de prévention, dans la mesure du possible, et de prise en charge du diabète au Canada, dans le but de reculer l’évolution du diabète et son taux croissant au Canada.

Extrait du rapport

La principale recommandation du rapport demande un financement de 150 millions de dollars sur sept ans pour soutenir l’élaboration et la mise en œuvre d’une nouvelle stratégie nationale sur le diabète. Un petit investissement par rapport aux 9 milliards de dollars d’économies projetées sur les coûts de santé au cours des sept prochaines années si une approche nationale est adoptée.  Les avantages suggérés pour les personnes atteintes de diabète sont encore plus importants, avec des recommandations axées sur la prévention (~ 110000 cas par an), la gestion (éviter 35000 hospitalisations chaque année) et la réduction des complications les plus redoutées – cécité (rétinopathie diabétique) et amputation des membres inférieurs.

Le rapport recommande également d’adopter une nouvelle approche pour endiguer l’épidémie de diabète sur la base du modèle éprouvé utilisé pour le VIH / sida et d’autres stratégies mondiales de lutte contre la maladie avec des objectifs et des résultats clairement définis.

Les informations pertinentes

Pour accéder au rapport complet, cliquez ici. Pour plus d’informations sur la stratégie, les infographies et autres informations et ressources connexes, veuillez visiter: Diabetes 360°.

Pour plus d’informations, visitez diabetes.ca ou appelez 1-800-BANTING (226-8464).