Aperçu de la recherche du docteur Rabasa-Lhoret

Pancréas artificiel à double hormone : une nouvelle vision des traitements du diabète au Canada

Dr. Rabasa Lhoret

La technologie de boucle fermée, souvent désignée ‘pancréas artificiel’, est une percée médicale majeure qui permet aux personnes atteintes de diabète de type 1 (DT1) d’atteindre leurs taux de glycémie cibles.  Cet appareil externe, consistant en une pompe à insuline, un glucomètre continu et un algorithme de contrôle, adapte continuellement l’administration d’insuline pour maintenir la glycémie à un niveau normal, réduisant ainsi les risques de complications chroniques du DT1 et d’hypoglycémie.

Dr Rémi Rabasa-Lhoret, endocrinologue à l’Institut de recherches cliniques de Montréal, et son équipe testent présentement deux configurations de pancréas artificiel. Un premier appareil administre de l’insuline et un deuxième administre de l’insuline et du glucagon (une hormone qui aide à augmenter le taux de sucre dans le sang). Bien que le pancréas artificiel (le système Medtronic) soit déjà offert aux États-Unis, l’équipe de recherche du Dr Rabasa-Lhoret franchit un pas de plus, étant l’une des premières dans le monde à développer un système à double hormone.   

« Nous examinons la viabilité d’un système à double hormone parce que nous croyons qu’il est plus difficile de contrer l’hypoglycémie avec l’insuline actuelle seulement », explique Dr Rabasa-Lhoret. « Idéalement, l’objectif est de prévenir l’hypoglycémie chez les patients, tout en améliorant également le contrôle de la glycémie en général. »  

Bien que ce système en soit encore à ses débuts, des études menées avec des adultes et des enfants démontrent que le système à double hormone améliore la prévention de l’hypoglycémie la nuit. Les essais de 24 heures à trois mois établissent que l’administration de glucagon offre un meilleur contrôle de la glycémie et procure un ‘filet de sécurité’ additionnel pour empêcher l’hypoglycémie. Ce système pourrait dans le futur fournir une option de traitement plus pratique pour les patients qui éprouvent des difficultés avec le pancréas artificiel à hormone unique.

La recherche du Dr Rabasa-Lhoret est très prometteuse, mais de nombreux facteurs doivent tenus en compte avant que ce système ne soit prêt pour une approbation régulatrice. Par exemple, la sécurité du glucagon à long terme, notamment ses effets visés sur le cœur, les reins, le foie et les poumons, doit être évaluée de manière plus approfondie, et il en va de même de l’utilisation d’hormones de remplacement pour le glucagon. Il y a également les coûts additionnels associés au système à double hormone qui entrent en jeu de même que l’établissement de l’admissibilité d’une couverture provinciale.

FRDJ Canada a amorcé un dialogue avec Santé Canada, des fabricants d’appareils et des décideurs politiques pour offrir le pancréas artificiel au Canada. Assurer que les Canadiens aient accès à ces types de technologies révolutionnaires dans un délai raisonnable, tout en garantissant leur sécurité et leur efficacité, est de première importance pour FRDJ.  

« Nous n’avons pas établi d’échéancier en ce qui a trait à l’offre d’un pancréas artificiel au Canada », dit le Dr Rabasa-Lhoret.  « Le glucagon est dispendieux et ses avantages potentiels sont encore à l’étude. De plus, le pancréas artificiel approuvé aux États-Unis fonctionne avec des pompes qui ne sont pas encore approuvées ici. »

Étant donné que le DT1 afflige actuellement plus de 300 000 Canadiens, le pancréas artificiel offre d’incroyables promesses, car il pourrait alléger considérablement le fardeau de gérer la maladie 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

« Nous devons continuer à expliquer la maladie et faire pression sur le gouvernement pour une meilleure compréhension de la réalité des patients atteints de DT1 au Canada », explique Dr Rabasa-Lhoret. « Nous entendons encore que le DT1 est causé par une trop grande consommation de sucre durant l’enfance et que l’hypoglycémie n’est pas vraiment un problème. Ces dires exigent que nous éduquions d’abord les décideurs. Dans un contexte idéal, le pancréas artificiel rendra le traitement plus facile, plus sécuritaire et plus efficace. Nous devons parvenir à le faire à un coût abordable. »              

Top Retour au DT1 en ligne

Lets turn type one into type none