La surveillance du glucose en continu, source d'espoir pour les femmes enceintes atteintes de diabète de type 1

Depuis le moment où Holly Byrne a reçu le diagnostic de diabète de type 1 (DT1) à l’âge de 10 ans, maintenir un taux de glycémie sain a toujours été un objectif difficile à atteindre. La gestion de sa maladie était très exigeante et sa mère lui rappelait souvent l’importance de prendre soin de sa santé. Mais juste avant son 30e anniversaire de naissance, tout cela a changé. Holly avait décidé d’essayer de fonder une famille et dès qu’elle a appris qu’elle était enceinte, elle a été dirigée au programme d’endocrinologie et de diabète pendant la grossesse au Mount Sinaï à Toronto, étant déterminée à amener ses taux A1C dans une plage cible pour vivre une grossesse sans problèmes. C’est après avoir rencontré Dre Denice Feig, chef du programme et co-chercheuse principale de l’étude financée par FRDJ - CONCEPTT : Continuous Glucose Monitoring in Women with Type 1 Diabetes in Pregnancy (surveillance du glucose en continu chez les femmes atteintes de DT1 pendant la grossesse) – qu’Holly a décidé de participer à l’étude dans l’espoir de meilleurs dénouements pour sa santé et celle de son bébé.

Holly a fait partie d’un groupe de 325 femmes âgées de 18 à 40 ans, atteintes de DT1, étant enceintes ou planifiant une grossesse. Elle a été sélectionnée au hasard pour utiliser un glucomètre continu sur une période d’environ 24 semaines (de la 10e à la 12e semaine à la fin de sa grossesse).

« J’avais déjà utilisé un capteur pour le diabète quelques années auparavant, mais je ne l’ai pas utilisé assez longtemps pour voir des résultats », explique Holly. « Je voulais essayer à nouveau pour vivre la meilleure expérience possible pendant la grossesse et limiter les complications autant pour mon bébé que pour moi. »

Les résultats des chercheurs ont révélé que les femmes enceintes qui ont utilisé un glucomètre continu ont réussi à mieux contrôler leur glycémie en général et ont passé 100 minutes de plus par jour dans une plage cible recommandée en fin de grossesse comparativement à celles en tentative de conception. Les résultats de cet essai randomisé international marquant, mené dans 31 hôpitaux au Canada (dont 11 en Alberta, Ontario, Québec et Nouvelle-Écosse), au Royaume-Uni, en Espagne, en Irlande, en Italie et aux États-Unis, ont poussé les auteurs à demander aux médecins d’étendre l’usage des glucomètres continus à toutes les femmes enceintes atteintes de DT1.

« Une étude internationale de ce calibre et de cette ampleur qui offre des résultats cliniques prometteurs pour les mères et leur nouveau-né est un incroyable accomplissement du programme de recherche sur le diabète à l’échelle mondiale », dit Dave Prowten, président et chef de la direction de FRDJ Canada. « En travaillant ensemble, nous pouvons accélérer ce type de recherche transformatrice et assurer que toutes les femmes de la communauté du DT1 puissent en profiter. »

Des complications néonatales comme une naissance prématurée ou un poids à la naissance plus élevé que la moyenne touchent un nourrisson sur deux nés de femmes atteintes de DT1.  De même, plusieurs de ces nouvelles mères sont plus susceptibles de souffrir de prééclampsie ou de nécessiter une césarienne. Les glucomètres continus ont le pouvoir de révolutionner la gestion du diabète pour les femmes enceintes atteintes de DT1 parce qu’ils leur permettent d’intervenir immédiatement en réponse à des taux de sucre trop bas ou trop élevés dans le sang, et d’éviter d’autres graves problèmes de santé.

« Les dénouements en matière de santé maternelle et fœtale pour les femmes atteintes de DT1 pendant la grossesse sont pires que ceux pour le reste de la population, et il est difficile d’améliorer ces dénouements », explique Dre Denice Feig, chef du programme sur le diabète pendant la grossesse à l’Hôpital Mount Sinaï et au Réseau de santé universitaire à Toronto, et co-chercheuse principale de l’étude. « Notre recherche démontre que l’usage d’un glucomètre continu en temps réel entraîne une réduction des complications néonatales pour la santé. Au cours de cette étude, il n’a fallu que six femmes pour démontrer l’efficacité à éviter un poids du bébé trop élevé à la naissance et un épisode d’hypoglycémie néonatale, et que huit femmes pour prévenir une hospitalisation en soins intensifs néonatals de plus de 24 heures. Cette étude offre une nouvelle option pour aider les femmes enceintes atteintes de diabète et leurs enfants. » 

Holly sera à jamais reconnaissante de l’expérience qui lui a permis de vivre une grossesse plus sereine et d’avoir un petit garçon en santé.

« La surveillance du glucose en continu pour la gestion du diabète est essentielle pour bien saisir les tendances de la glycémie et le dosage d’insuline, et j’étais ravie de pouvoir contribuer à une étude si importante », raconte Holly. « J’ai obtenu des résultats A1C que je n’aurais jamais cru possibles, et je ne ressens plus cette anxiété lorsque mes taux de glycémie sont bas. »

Financée par le Réseau canadien d’essais cliniques de FRDJ, un partenariat entre FRDJ Canada et FedDev Ontario, un organisme du gouvernement du Canada, cette étude révolutionnaire servira de catalyseur pour améliorer l’accès à la technologie salutaire des glucomètres continus pour les femmes enceintes partout dans le monde. 

 

 Retour au DT1 en ligne

Lets turn type one into type none