La gestion du diabète? Il y a une application pour ça...

Les personnes qui vivent avec le diabète de type 1 (DT1) doivent constamment compter, surveiller et noter les glucides pour assurer une gestion précise et adéquate de leur maladie. Cette tâche méticuleuse s’avère particulièrement difficile pour les adolescents, qui ont des horaires scolaires et sociaux exigeants. C’est en pensant à cela que le Dr Cafazzo et son équipe ont cherché comment aider les adolescents à mieux gérer leur DT1. À force de recherches et d’observation, les membres de l’équipe ont découvert que s’ils pouvaient trouver une façon d’intégrer les téléphones intelligents à la gestion du diabète, ils amélioreraient leurs chances de succès auprès de cette tranche d’âge. Ce fut le début de bant.

Avec l’appui de TELUS, FRDJ a soutenu la mise au point de bant, une application pour téléphone intelligent qui recueille les données sur le diabète et les interprète pour faciliter la gestion de la maladie. Nous avons eu l’occasion de parler de bant avec le Dr Cafazzo, de la façon dont cette application aide à gérer le DT1 et de l’avenir de cette formidable application. Voici un extrait de notre conversation.

  1. Dr Cafazzo, comment décririez-vous l’application bant à quelqu’un qui n’en a jamais entendu parler?

    bant est conçue comme un outil personnel qui permet de gérer son diabète à l’aide d’un téléphone intelligent. Elle recueille les données sur votre maladie auprès de vous et de votre glucomètre, vous aide à les interpréter et, du moins c’est ce que nous espérons, en facilite la gestion, sans vous imposer un surcroît de travail.

    Bientôt, bant recueillera aussi des données sur le glucose directement de votre glucomètre et vos résultats de laboratoires ainsi que vos médicaments auprès de votre médecin. Elle vous permettra aussi de participer à de nouvelles études de recherche sur le diabète, de partager vos données de façon sécuritaire avec les chercheurs et de contribuer à des découvertes et traitements nouveaux. En fait, bant vise à offrir un tableau de bord complet pour gérer votre maladie et à vous permettre de communiquer avec la communauté de la recherche sur le diabète.
     
  2. Comment vous est venue l’idée qu’une telle application serait susceptible d’intéresser les jeunes atteints de DT1?

    De nos jours, c’est vers leur téléphone intelligent que se tournent la plupart des jeunes pour à peu près tout type d’activité. Alors pourquoi pas la gestion de leur diabète? Il est difficile d’imaginer que nous pourrions continuer à les aider avec des outils papier et l’aide en personne est peu efficace puisque la maladie nécessite une gestion quotidienne.
     
  3. Qu’espérez-vous de cette application?

    Nous espérons que bant devienne une assistante personnelle pour la gestion quotidienne du diabète. Pas quelque chose qui rende nécessairement la tâche agréable, mais qui puisse simplement aider les personnes qui vivent avec le diabète à faire leur journée et les motiver à faire les bons choix sans négliger la gestion de leur maladie.
     
  4. Quel accueil a reçu l’application jusqu’ici?

    bant a été la première application du genre pendant de nombreuses années et a recueilli des dizaines de milliers d’utilisateurs partout au monde qui, pour la plupart l’ont aimée parce qu’elleest simple à utiliser et multilingue. Depuis, des dizaines de nouvelles applications pour le diabète sont disponibles et chacun peut en trouver une à son goût. Nous croyons qu’il y aura différentes applications pour différentes personnes et bant se distinguera parce qu’elle vous permet d’être en lien avec votre médecin et avec le milieu de la recherche au Canada.
     
  5. La technologie évolue sans arrêt : comment envisagez-vous l’évolution de cette application?

    De nouveaux glucomètres arrivent sur le marché et pourront bientôt communiquer directement avec bant, facilitant ainsi la capture des mesures de glycémie. bant recueillera aussi les données de votre FitBit et de votre pèse-personne Bluetooth, et pourra vous aider à interpréter ces données dans le contexte de votre maladie. Il sera plus facile de partager ces données de manière sécuritaire.

    L’aspect le plus intéressant de bant est sans doute son utilisation en recherche. Les personnes pourront partager leurs données avec les chercheurs, ce qui fournira des renseignements sur le diabète qu’il était impossible d’obtenir auparavant. Ce sera tellement plus facile pour les personnes qui ont le DT1 de participer à des recherches canadiennes de pointe.
     
  6. Quelle est la chose la plus importante que les gens devraient savoir à propos de cette application?

    Nous espérons que bant ne sera pas un nouveau fardeau pour ces personnes, ni une source supplémentaire d’anxiété. Son but est de faciliter la vie, en donnant plus d’assurance aux personnes atteintes sur la gestion de leur diabète.

    Si vous avez déjà une application favorite pour la gestion du diabète, cela ne signifie pas que vous devez y renoncer pour choisir bant. À l’avenir, les bonnes applications pourront partager l’information avec bant de manière sécuritaire, à votre gré, et vous permettre ensuite de partager ces données avec votre médecin ou des chercheurs grâce au réseau canadien de bant.
     
  7. Comment cette application changera-t-elle la vie des personnes qui ont le DT1?

    Un fardeau plus léger, moins d’anxiété et, nous l’espérons, de meilleurs résultats. Nous utilisons la technologie pour moderniser la gestion du diabète. Fini les carnets de glycémie!
     
  8. Une dernière question, mais une question importante pour tous ceux qui pourraient être intéressés par bant : chez quels fournisseurs cette application est-elle disponible et à quel prix?

    Depuis 2010, bant est disponible pour des dizaines de milliers de personnes qui l’utilisent chaque jour. La nouvelle version qui sera lancée cet automne comportera plusieurs des nouvelles caractéristiques décrites ici qui devraient plaire aux utilisateurs. L’an prochain, une version Android sera disponible et nous introduirons aussi des caractéristiques plus avancées, dont la capacité de partage des données avec les chercheurs. Et pour ce qui est du prix, cette application est gratuite, et nous entendons bien qu’elle le demeure.

L’application bant peut être téléchargée à partir de l’App Store d’Apple.

Lets turn type one into type none