Comprendre les effets de la nourriture et de l'alcool

Alimentation 
Pendant de nombreuses années, les personnes atteintes de diabète de type 1 (DT1) se sont fait recommander de prendre trois repas et trois collations par jour pour éviter les écarts de glycémie. Grâce aux systèmes modernes d’injection et de contrôle de l’insuline, la plupart des personnes qui vivent avec le DT1 n’ont plus à s’astreindre à un régime aussi strict. Elles peuvent manger un peu ou beaucoup, selon leur envie. Bien qu’il peut sembler de prime abord que vous ne puissiez plus manger ce que bon vous semble, votre équipe de professionnels de la santé peut vous aider à personnaliser un traitement à l’insuline convenant à votre rythme de vie. 

Pour faire en sorte que vous ayez la quantité suffisante d’insuline, vous devez tenir compte de ce que vous mangez et des quantités ingérées, afin d’équilibrer le glucose entrant dans votre système sanguin avec votre dose d’insuline. Votre taux de glycémie après avoir mangé dépendra davantage des glucides dans votre repas ou votre collation. 

Sucre 
Qu’une personne atteinte de DT1 évite toute forme de sucre relève du mythe. Dans le cadre d’une saine alimentation, vous devriez réduire les aliments contenant du sucrose (ex. : le sucre ordinaire, les bonbons et les boissons gazeuses ordinaires), car leur valeur nutritionnelle est faible et ils ne combleront pas votre appétit. Cela ne signifie pas qu’il faut les bannir de votre régime. Pris en petites quantités, ils seront inoffensifs, surtout si vous les utilisez en cuisinant ou dans un thé ou un café, ou s’ils sont consommés avec d’autres aliments. Les fruits et les produits laitiers contiennent des sucres naturels, mais, contrairement au sucrose, ces aliments ont une importante valeur nutritionnelle et jouent un rôle important dans une alimentation saine. 

Indice glycémique 
Vous entendrez probablement beaucoup parler de l’indice glycémique. On a longtemps cru que l’amidon se transformait en glucose plus lentement que les sucres, mais nous savons maintenant que ce n’est pas toujours le cas. La digestion de différents aliments contenant des glucides se fait à des rythmes variés et ces aliments peuvent influer différemment sur votre glycémie. Ainsi, pour certains aliments digérés rapidement, des glucides à forte teneur en sucre peuvent augmenter votre glycémie peu de temps après leur consommation. D’autres, comme le pain de grain entier, prennent plus de temps à digérer et la libération du glucose dans le système sanguin est donc plus lente. 

L’effet de différents aliments contenant des glucides sur la glycémie est appelé l’indice glycémique (IG). Les aliments ayant un IG faible provoquent moins de poussées soudaines de la glycémie après un repas que ceux dont l’IG est élevé. Toutefois, vous devez tenir compte de la quantité de glucides que vous ingérez.

Certains cliniciens et chercheurs considèrent que le concept de l’IG est utile dans la gestion de l’alimentation des personnes vivant avec le DT1. Il est donc important de consulter votre équipe de professionnels de la santé pour savoir si cette méthode vous convient. Vous trouverez également davantage de renseignements sur l’indice glycémique à glycemicindex.com. 

Les protéines et les graisses
Les protéines et les graisses sont des composants vitaux d’une saine alimentation. Les protéines sont importantes pour la croissance et la réparation des cellules. Elles jouent également un rôle dans la production d’anticorps pour lutter contre les infections et produire les hormones responsables du bon fonctionnement du corps. Les meilleures sources de protéines sont la viande, la volaille, le poisson, les œufs, les produits laitiers et les légumes. Les graisses sont d’excellentes sources d’énergie et contribuent grandement au transport des vitamines liposolubles A, D, E et K de même que des antioxydants. Certains types de graisses fournissent les acides gras essentiels qui jouent un rôle dans la régulation de plusieurs fonctions du corps.

Les aliments contenant des glucides produisent le plus d’effets sur la glycémie, mais les protéines et les graisses influent également sur le glucose sanguin. Un excès de protéine est ultimement transformé en glucose par le foie. Cela implique donc qu’une consommation de grandes quantités de protéines peut entraîner une hausse des taux de glucose sanguin plusieurs heures après le repas. Les graisses ont un effet variable sur les taux de glucose sanguin, dont le plus important est le ralentissement de l’augmentation du glucose sanguin après un repas. Les graisses ralentissent la rapidité avec laquelle l’estomac se vide, ce qui freine l’absorption de glucose lors de la digestion. Cela peut sembler une bonne chose, mais une alimentation riche en graisses est généralement malsaine. En fait, manger trop gras (surtout des gras saturés ou des graisses animales) peut s’avérer nocif et augmenter les risques d’obésité et de problèmes cardiaques. Un repas riche en matières grasses peut compliquer le travail de l’insuline et entraîner une glycémie plus haute que prévu. 

Déterminer ce que contiennent les aliments 
Au Canada, la valeur nutritive de la plupart des aliments emballés est affichée sur l’emballage et vous pouvez vous en inspirer pour savoir ce que vous mangez. L’utilisation de ressources comme le manuel Calorie King, Fat & Carbohydrate Counter (2009) ou des guides fournis par votre diététiste permettent d’évaluer la valeur en glucides, en fibres, en gras et en énergie des aliments sans étiquettes. 

Le calcul des glucides 
Pour bien contrôler le niveau de glucose sanguin, vous devez apprendre à calculer la quantité des glucides. La recherche a démontré que la quantité totale de glucides et de fibres ingérée influe le plus sur le contrôle de votre glucose sanguin.

Si votre médecin vous recommande d’inclure des doses d’insuline à action rapide à vos repas, vous devrez calculer les glucides pour vous assurer d’ingérer la même quantité à la même heure chaque jour, afin d’équilibrer votre insuline et de maintenir votre glucose sanguin dans les limites visées. 

Toutefois, pour bénéficier d’une plus grande liberté en matière d’alimentation, votre endocrinologue ou votre équipe de diabète vous suggérera probablement le ratio insuline/glucides pour que vous puissiez prendre de l’insuline à action rapide pour compenser la hausse prévue du glucose sanguin.

L’ajout du nombre de grammes de glucides que vous voulez ingérer vous aidera à établir la quantité d’insuline à prendre à chaque repas. En surveillant et en inscrivant votre glycémie avant et après chaque repas, vous pourrez évaluer si votre ratio insuline/glucides et vos calculs sont exacts.

C’est une bonne idée de peser et de mesurer votre nourriture jusqu’à ce que vous puissiez visualiser la grosseur des portions afin d’évaluer avec précision la quantité de glucides que vous mangez. Vous n’aurez pas à peser votre nourriture le reste de votre vie, mais vous devrez peut-être répéter ces mesures de temps en temps. Ainsi, si vous pensez manger une tasse de riz, confirmez le tout en utilisant une véritable tasse à mesurer. Vous voudrez probablement mesurer la quantité de nourriture qui se trouve dans des assiettes, bols et contenants d’aliments pour emporter de différentes grandeurs pour simplifier le calcul des glucides lorsque vous êtes à l’extérieur. Mesurez par exemple la quantité de riz contenue normalement dans votre repas asiatique pour emporter; cela vous aidera lorsque vous serez au travail. 

Cela peut sembler déconcertant, mais mesurer vos portions et calculer les glucides vous permettra de décider la quantité de nourriture que vous voudrez manger à chaque repas. Évaluer les glucides en toute confiance simplifiera grandement la prise de repas à l’extérieur. À cet effet, un diététicien peut être d’une grande utilité. 

Nous rappelons encore que la présente publication ne vise pas à remplacer l’avis d’un médecin. Vous devez consulter votre médecin afin d’établir les taux appropriés de glucides qui vous conviennent. 

Les repas pris à l’extérieur 
Bon nombre de personnes mangent au restaurant ou se font livrer des repas plusieurs fois par semaine. Vous appréciez sans doute la rapidité, la facilité de cette façon de faire, sans compter que cela permet d’échanger entre collègues et amis. Ce qu’il y a de bien, c’est que cela peut continuer même si vous êtes atteint de DT1, mais vous devrez tenir compte davantage des aliments que vous mangez. 

De nos jours, plusieurs chaînes de restauration rapide publient la valeur nutritive de leurs aliments sur leur site Internet, dans leur établissement ou vous la donnent sur demande. Vous pouvez donc aller sur ces sites Internet et planifier votre menu en conséquence. 

Il est plus difficile de connaître la valeur des aliments lorsque vous mangez chez un ami ou au restaurant. Dans de tels cas, vous devez évaluer au meilleur de vos connaissances et prendre en considération la grosseur des portions et la quantité de glucides que vous envisagez manger. Vérifiez votre glycémie avant le repas et plusieurs heures après, pour savoir si vos évaluations sont exactes. De plus, lorsque vous mangez à l’extérieur, votre repas peut être servi plus tard que d’habitude. Pour éviter l’hypoglycémie, vous voudrez peut-être attendre que votre repas soit servi avant de prendre votre insuline. 

Alcool 
Bien que l’alcool ne soit pas un aliment, il fournit de l’énergie et la quantité que vous ingurgitez est aussi à prendre en considération lorsque vous vivez avec le diabète. 
Pour les personnes atteintes de DT1, l’excès d’alcool peut augmenter les risques 
d’hypoglycémie. Lorsque vous consommez de l’alcool, votre foie se concentre à le décomposer et l’éliminer. Ce faisant, il ne peut effectuer les autres tâches qu’il effectue normalement, comme libérer le glucose emmagasiné lorsque votre glucose sanguin commence à diminuer. Cet effet peut durer plusieurs heures après avoir bu; il peut se poursuivre pendant la nuit et le lendemain. 

Pour éviter l’hypoglycémie, mieux vaut éviter de boire de grandes quantités d’alcool d’un coup et vous assurer d’avoir des glucides à consommer avant de boire ou en buvant. Vérifiez également votre glycémie avant d’aller au lit et prenez une collation si votre glycémie est normale ou basse. Il est également recommandé d’exclure du calcul de vos glucides celles contenues dans l’alcool que vous prenez. 

Il peut arriver que votre glucose sanguin augmente trop après avoir bu de l’alcool contenant des glucides, notamment les alcools forts mélangés à des boissons gazeuses, des liqueurs sucrées ou de grandes quantités de bière. Vous trouverez peut-être aussi que vous mangez davantage en buvant de l’alcool. Autant que possible, choisissez une boisson-diète comme mélangeur et surveillez ce que vous mangez. 

Pour éviter les malaises posthypoglycémiques 
Bien que le risque d’hypoglycémie augmente avec la consommation d’alcool, certaines stratégies permettent de réduire ce risque. Ainsi, si vous prévoyez sortir et consommer de l’alcool, assurez-vous de consommer des glucides en début de soirée. Consommez-en également de temps à autre en buvant et avant d’aller au lit. 

Si vous avez déjà eu des épisodes d’hypoglycémie la nuit, il serait peut-être à propos de réduire légèrement votre dose d’insuline du soir, surtout si vous prévoyez être actif durant la soirée (danse) ou si vous avez pratiqué un sport durant la journée. Toutefois, vous devriez d’abord en discuter avec votre équipe de professionnels de la santé. 

Le lendemain d’une sortie peut également s’avérer problématique. Retarder ou sauter votre insuline matinale peut faire grimper exagérément votre glucose sanguin. Pour remédier à cette situation, réglez votre réveil de façon à vous réveiller environ une heure avant votre heure de réveil habituelle et continuez vos occupations habituelles.

Top Retour au DT1 en ligne

Lets turn type one into type none