Gérer la glycémie

Pourquoi le traitement du DT1 est-il si important?
Avant que vous ne soyez atteint du diabète de type 1 (DT1), votre pancréas produisait de petites quantités d’insuline chaque jour pour faire en sorte que l’insuline soit véhiculée par le sang dans les diverses cellules de votre corps pour leur fournir de l’énergie. Aux repas, votre glycémie augmentait et votre pancréas réagissait en produisant davantage d’insuline, favorisant ainsi le transport de sucre sanguin dans vos muscles et votre foie pour qu’il soit emmagasiné comme glycogène. Si votre glycémie chutait durant la journée, ce glycogène était redistribué dans le sang comme glucose. En vérifiant constamment la quantité de sucre dans votre sang et la quantité d’insuline qu’il produisait, votre pancréas maintenait votre glycémie dans des limites normales.

Sans un pancréas qui fonctionne correctement, le glucose ne peut circuler dans votre sang jusqu’aux cellules de votre corps, les privant de l’énergie essentielle à leur fonctionnement. Si votre corps ne peut utiliser le sucre comme carburant, il commence à rompre les graisses pour créer de l’énergie. Lorsque les graisses sont rompues, le corps fabrique des composés chimiques appelés cétones et les libère dans le flux sanguin. En trop grande quantité, les cétones acidifient le sang, ce qui peut entraîner l’acidocétose, qui se manifeste par des nausées, des vomissements, des douleurs abdominales et une accélération de la respiration. Dans les cas les plus graves, la vie peut être en jeu. Outre le fait que votre corps brûle des graisses, le sang accumule du sucre normalement destiné aux cellules ou à être emmagasiné. Une glycémie élevée entraîne également de graves problèmes de santé.

Le remplacement de l’insuline par injections ou l’utilisation d’une pompe fait en sorte que votre corps se remet à utiliser le sucre comme source d’énergie et vous met à l’abri des risques d’acidocétose ou de glycémie élevée à court terme. 

Les principaux objectifs du traitement sont les suivants :

  1. Vous permettre d’avoir une vie longue, pleinement satisfaisante et en santé; 
  2. Maintenir votre glycémie aussi normale que possible; 
  3. Réduire tous les facteurs pouvant augmenter les risques de développer des complications, notamment la diminution de la pression artérielle si elle est élevée et maintenir un bas niveau de cholestérol; 
  4. Détecter le plus tôt possible tout problème de santé lié au diabète (ex. : complications comme les maladies cardiaques, l’insuffisance rénale et la cécité).

Nous rappelons encore que la présente publication ne vise pas à remplacer l’avis d’un médecin. Vous devez consulter votre médecin pour établir votre niveau de glycémie normale. 

Viser un niveau de glycémie normale
Pour maintenir une glycémie normale, vous devez faire le travail que votre pancréas ne fait plus, ce qui implique :

  • S’administrer de l’insuline durant la journée; 
  • Vérifier régulièrement sa glycémie; 
  • S’assurer constamment de la quantité d’insuline nécessaire à l’équilibre de sa glycémie. 

Comment savoir si le glucose dans mon sang est sous contrôle?
La vérification du glucose sanguin et le maintien d’un registre à cet effet constituent un élément important de la gestion de votre diabète. Cela vous permet de détecter les hausses et les chutes de glycémie. Les renseignements recueillis permettent également à votre médecin ou votre équipe de professionnels de la santé d’équilibrer votre alimentation, vos exercices et le dosage de votre insuline. Pour profiter davantage des tests, votre équipe de professionnels de la santé peut vous conseiller de vérifier votre glycémie avant les repas, puis deux ou trois heures plus tard. La vérification avant d’aller au lit est particulièrement importante, car elle permet de constater si la glycémie est plus basse que désiré; dans ce cas, vous saurez si vous devez prendre une collation pour éviter l’hypoglycémie durant la nuit. Il est également sage de vérifier sa glycémie avant et après une séance d’exercice. Si votre glycémie est élevée, vous devriez également vérifier les niveaux de cétones, selon l’avis de votre médecin. Pour ce faire, utilisez un glucomètre qui vérifie également les cétones ou en procédant à une analyse d’urine. La présence de cétones dans le sang et l’urine peut également indiquer que vos niveaux d’insuline sont trop bas et que vous devez prendre une dose supplémentaire de toute urgence pour que votre corps puise son énergie du glucose et non des graisses.

Se piquer le doigt peut être douloureux. Toutefois, on trouve sur le marché de nombreux appareils et l’un d’eux saura vous convenir plus particulièrement. La plupart de ces appareils permettent d’ajuster la longueur de l’aiguille si vous n’obtenez pas suffisamment de sang pour vos tests. L’extrémité des doigts est également plus sensible que les côtés. De plus, faites attention à la vigueur avec laquelle vous extrayez le sang de votre doigt après la piqûre; cela peut pousser le sang dans les tissus avoisinants, entraînant des meurtrissures et de l’inconfort. Vous serez soulagé de savoir que la vérification de la glycémie deviendra moins douloureuse avec le temps. Nous verrons plus tard les glucomètres en continu, lesquels nécessitent moins de piqûres et fournissent davantage de renseignements sur la glycémie. 

Conseils pour faciliter la vérification de la glycémie 

  • Au lieu d’utiliser de l’alcool, lavez-vous les mains (et assurez-vous qu’elles soient sèches) avant d’effectuer le test. 
  • Utilisez une nouvelle lancette chaque fois – une lancette souillée est plus douloureuse à utiliser. 
  • Une fois la piqûre effectuée, laissez pendre votre bras pour permettre à la gravité de travailler pour vous; vous pouvez également masser légèrement votre doigt avant d’utiliser la lancette. 
  • Examinez différents glucomètres avant d’en choisir un; certains nécessitent moins de sang que d’autres ou utilisent un prélèvement de sites autres que les doigts. 
  • Essayez différentes lancettes; certaines sont plus épaisses – privilégiez un modèle court et mince. 
  • Réglez votre lancette de façon à ce que la piqûre soit moins profonde, car plus la piqûre est profonde, plus vous endommagez vos tissus. 
  • Changez de site; utilisez plus d’un seul doigt. 
  • Piquez les côtés du doigt au lieu du centre mou, où il y a davantage de terminaisons nerveuses. 

Progrès du contrôle de la glycémie 
FRDJ travaille sans relâche à aider les personnes atteintes de DT1 à contrôler leur maladie et à en simplifier la gestion. Une des initiatives financées par FRDJ pour parvenir à cet objectif est le Projet du pancréas artificiel. Le pancréas artificiel intègre deux technologies en boucle fermée actuellement disponibles : le contrôle du glucose en continu et la pompe à insuline. Le système fera appel à un algorithme pour calculer et administrer automatiquement la bonne quantité d’insuline au bon moment. Il permet aux personnes vivant avec le diabète d’atteindre un contrôle strict de leur glucose sanguin, d’éviter l’hyperglycémie et les dangereuses hypoglycémies, donc de réduire les risques de complications. 

Appareil de surveillance du glucose en continu 
Un appareil de surveillance du glucose en continu informe en temps réel les personnes atteintes de diabète sur les tendances de leur taux de glycémie. Elles comprennent ainsi mieux leur glycémie et si leur taux de glucose est en hausse ou en baisse. Elles sont ainsi en mesure d’intervenir en mangeant ou en prenant de l’insuline et d’éviter que la glycémie descende trop bas ou monte trop haut. Grâce à un important essai clinique financé par FRDJ, nous avons découvert que la plupart des personnes vivant avec le DT1 qui utilisent un appareil de surveillance du glucose en continu constatent des améliorations significatives du contrôle de leur glycémie. 

Soyons réalistes 
Vivre avec le diabète peut s’avérer incroyablement frustrant. En quelques jours, vous pouvez manger la même quantité de nourriture, prendre la même quantité d’insuline et faire la même quantité d’exercice, mais vos niveaux de glucose sanguin peuvent varier grandement d’une journée à l’autre. Bien que l’alimentation et les exercices contribuent à déterminer la quantité d’insuline dont votre corps a besoin chaque jour, d’autres facteurs que vous ne comprenez pas ou ne contrôlez pas jouent également un rôle important. 

Vous constaterez également que votre niveau de glucose sanguin demeure élevé plusieurs heures après un épisode d’hypoglycémie. Cela peut résulter d’un surplus de nourriture que vous aurez absorbée pour corriger un faible taux de glucose sanguin. Toutefois, si votre glycémie est faible depuis longtemps, votre corps produit alors des hormones de stress qu’il libère afin de vous protéger contre une hypoglycémie grave. Une de ces hormones s’appelle le glucagon (la même que celle contenue dans la trousse d’urgence que nous vous avons suggéré de vous procurer). Le glucagon déclenche la libération du glucose (glycogène) emmagasiné dans le foie. Le glycogène est ensuite transformé en glucose, ce qui augmente le niveau de glucose sanguin. Il faut des heures pour reconstituer les « réserves » de glycogène du foie. Donc, si vous faites de l’hypoglycémie et que votre corps produit du glucagon (ou que quelqu’un vous en injecte) – ce qui libère du glycogène –, il est possible que vous manquiez  de glycogène si l’hypoglycémie devait revenir peu de temps après. Votre corps produit également des hormones de stress lorsque vous être stressé ou que vous ressentez un malaise et cela peut également influer sur votre contrôle glycémique quotidien. 

Les insulinothérapies d’aujourd’hui sont meilleures que celles d’avant, mais elles ne sont pas parfaites. Si votre glucose sanguin se situe hors des normes, ne considérez pas cela comme mauvais. Cherchez plutôt à déceler les tendances et consultez votre équipe de professionnels de la santé afin d’élaborer des stratégies en vue d’améliorer votre glycémie. 

Maintenez un registre de votre glycémie
Un sage a dit un jour que « l’arbre cache parfois la forêt ». Cela s’applique à la gestion du diabète quand, avec le temps, peu à peu, le contrôle de votre glycémie change et que vous ne puissiez le savoir en ne vous basant que sur les résultats de tests effectués sur un ou deux jours. En colligeant vos taux de glycémie sur une longue période, vous pouvez souvent identifier des tendances qui vous amèneront à modifier vos niveaux de glycémie, à réduire les risques d’hypoglycémie ou d’hyperglycémie et à mieux gérer votre diabète.

Vous pouvez suivre l’évolution de votre taux de glycémie de plusieurs façons :

  • Carnet de niveau de glycémie : Une façon répandue de suivre l’évolution de son niveau de glycémie au fil du temps est d’inscrire dans un carnet son taux de glucose dans le sang, la liste des aliments ingérés, la quantité d’insuline injectée et les périodes d’activités physiques.
  • Indicateur de glycémie : L’un des avantages de certains indicateurs de glycémie est qu’ils enregistrent automatiquement vos résultats. Par contre, l’un des inconvénients réside dans le fait que lorsqu’on veut consulter l’historique à l’écran, il est difficile de voir l’ensemble des séquences quotidiennes, hebdomadaires ou mensuelles. Généralement, les indicateurs ne fournissent pas de données sur l’exercice physique, la nourriture, le stress et l’insuline.
  • Logiciel : Les indicateurs de glycémie et les pompes à insuline offrent souvent la possibilité de télécharger leurs données à un ordinateur pour vous permettre de consulter votre historique de glycémie ou d’absorption d’insuline. Le fabricant de la pompe ou de l’indicateur (consultez le site Internet de votre fournisseur pour voir s’il offre ce service) fournit un logiciel qui affiche des graphiques et des statistiques vous permettant de cibler des tendances et d’effectuer les ajustements nécessaires à votre état de santé, avec l’aide de votre équipe de professionnels de la santé.
  • Téléphones portables : Les applications d’autogestion du diabète sont disponibles sur votre téléphone intelligent. Ces applications vous donnent facilement accès à des renseignements, tout en vous permettant d’enregistrer vos données personnelles. Vous trouverez en ligne les options correspondant à votre type de téléphone portable.
  • Test hémoglobine A1C : Votre médecin ou votre équipe de professionnels de la santé vous demandera de passer un test sanguin spécial. Ce test se nomme test hémoglobine A1C, également connu sous l’appellation HbA1c et complète la prise de taux de glycémie que vous faites à la maison. Lorsque vous prenez votre taux de glycémie, vous mesurez le nombre de molécules de glucose présentes dans votre sang au moment du test. Toutefois, votre résultat au test HbA1c est établi en pourcentage et témoigne de l’ensemble de vos lectures de glycémie des deux ou trois derniers mois. Le glucose dans votre système sanguin se fixera à l’hémoglobine de vos globules rouges. Si on note une forte présence de glucose dans votre sang, le pourcentage d’hémoglobine fixée aux globules rouges, également appelée hémoglobine glyquée ou HbA1c, sera plus élevé. Étant donné que les globules rouges et par extension, l’hémoglobine, ont une durée de vie d’environ 120 jours, le test HbA1c indique de quelle façon les niveaux de glycémie ont évolué au cours d’une période donnée.

La gestion du diabète signifie plus que le simple contrôle du taux de glucose.

Vous serez peut-être surpris de constater que votre endocrinologue ne se concentre pas seulement sur les taux de glycémie. La gestion optimale du diabète exige également de cibler la pression sanguine, les fonctions rénales et le taux de cholestérol. La raison en est que le risque de complications liées au diabète est réduit quand le taux de glycémie, la pression sanguine et le taux de gras dans le sang sont contrôlés. Prenez votre pression sanguine régulièrement à chaque visite chez le médecin et adoptez les mesures qui s’imposent, le cas échéant. 

Conseils pour mieux contrôler votre glucose sanguin

  • Maintenez un registre rigoureux de vos taux de glucose sanguin. 
  • Passez en revue vos inscriptions pour déceler les tendances relatives aux situations d’hyperglycémie et d’hypoglycémie.
  • Collaborez avec votre médecin et votre éducateur spécialisé en diabète pour ajuster votre insuline, votre alimentation et les exercices, jusqu’à ce que votre contrôle s’améliore.
  • Apprenez ce qui cause les situations d’hyperglycémie et d’hypoglycémie – plus vous en reconnaîtrez les symptômes, mieux vous saurez ajuster votre insuline, votre consommation de glucides ou votre niveau d’exercice. 
  • Gérez votre taux d’hémoglobine A1C (HbA1c) conformément aux recommandations de votre médecin.
  • Ne visez pas la perfection! Essayez que vos résultats s’approchent le plus possible des objectifs.
  • Demandez l’aide de votre docteur ou de votre éducateur spécialisé en diabète, au besoin. 

Tout ce qu‘il faut savoir sur l’hypoglycémie
Que vous optiez pour les injections ou l’utilisation d’une pompe à insuline, il y aura des moments où votre corps contiendra trop d’insuline. Cela peut être le résultat d’injections de quantités accidentellement plus importantes que prévu, d’un niveau d’activité trop intense, d’un repas tardif ou contenant moins de glucides que vous ne l’aviez prévu. Cela peut aussi être causé par des préparations d’insuline imparfaites ou ne réagissant pas toujours de la même façon d’un jour à l’autre. Peu importe la cause, vous aurez inévitablement des surplus d’insuline et votre glucose sanguin chutera. Comme nous l’avons déjà mentionné, ces situations sont appelées hypoglycémies ou faibles taux de glucose sanguin. Un épisode d’hypoglycémie peut s’avérer impressionnant. Bien que différents d’une personne à l’autre, les symptômes sont les suivants : 

  • Tremblements
  • Transpiration
  • Étourdissements
  • Faim
  • Vision embrouillée
  • Difficulté de concentration
  • Anxiété, irritabilité
  • Comportements changeants

Exemples de solutions rapides pour traiter l’hypoglycémie :

  • Consommer de deux à quatre solutions glucosées
  • Consommer deux sachets de sucre
  • Prendre un verre de boisson gazeuse ordinaire (autre que boisson-diète) ou un jus de fruits

Vérifiez votre glycémie 10 à 15 minutes après avoir traité votre hypoglycémie. Si votre glucose sanguin est toujours bas, consommez 15 grammes supplémentaires de glucides et revérifiez votre glycémie 10 à 15 minutes plus tard. Compte tenu du moment et de la cause de l’hypoglycémie, il se peut que vous ayez à prendre une collation pour éviter un autre épisode hypoglycémique (si la cause est entre autres un surplus d’exercice ou d’insuline).

On ne peut jamais prédire quand le taux de glucose sanguin chutera trop bas; vous devez donc avoir sous la main un traitement contre l’hypoglycémie en tout temps. Parmi les endroits où le conserver, mentionnons :

  • le coffre à gants
  • le sac à main ou le sac à dos
  • près du lit
  • dans le tiroir du bureau
  • dans votre poche

Vous pouvez trouver que votre glycémie est élevée pendant plusieurs heures après un épisode d’hypoglycémie. Cela peut vouloir dire que vous avez trop mangé en réaction à un taux de glucose sanguin bas et parce que votre corps essaie d’augmenter votre niveau de glucose en libérant des hormones de stress. Pour contrer les pics de glucose, il faut empêcher les baisses. Vérifier sa glycémie plusieurs fois par jour vous aidera, vous et votre endocrinologue ou votre équipe de professionnels de la santé, à doser votre insuline selon le moment.

Si les épisodes d’hypoglycémie sont trop nombreux, il peut être difficile d’en reconnaître les symptômes et les signes avant-coureurs. Les symptômes évidents comme les tremblements et la transpiration peuvent ne pas se produire et vous pouvez vous sentir un peu de mauvaise humeur. C’est ce qu’on appelle l’inconscience de l’hypoglycémie. Pour la contrer, informez votre médecin ou votre équipe de professionnels de la santé de la régularité avec laquelle votre glucose sanguin chute (plus de trois ou quatre fois par semaine). 

En cas d’urgence
Si vous êtes incapable de reconnaître les symptômes d’hypoglycémie ou si vous n’en tenez pas compte, votre glycémie peut devenir si faible que vous ne pourrez pas vous soigner vous-même. C’est pourquoi vous devriez montrer à des parents, des amis ou des collègues à reconnaître et traiter l’hypoglycémie. Ils ne doivent vous administrer quelque chose à manger ou à boire que si vous êtes en mesure de leur répondre. Dans le cas contraire, ils doivent appeler une ambulance sans attendre ou vous injecter du glucagon. Il est important de toujours porter un bracelet, un pendentif ou tout autre article indiquant que vous êtes atteint de diabète.

Top Retour au DT1 en ligne

Lets turn type one into type none