Le DT1 chez la femme

Les femmes et les hommes font face à différents défis dans la gestion du diabète de type 1 (DT1). Les problèmes auxquels les femmes pourraient être confrontées comprennent : 

  • les menstruations 
  • la contraception 
  • la sexualité 
  • la grossesse 
  • la gestion de l’image corporelle et du poids 
  • la ménopause 
  • l’ostéoporose 

Les menstruations 
Nous connaissons tous l’importance des hormones dans le contrôle du cycle menstruel, il n’est donc pas surprenant qu’elles aient également un effet sur les taux de glycémie. Ces changements sont causés par deux hormones, l’estrogène et la progestérone. Lorsque ces hormones sont à leur plus haut niveau juste avant les menstruations, elles ont un effet sur la production d’insuline, ce qui peut entraîner une hausse de la glycémie. 

Certaines femmes atteintes de DT1 trouvent que leur glycémie augmente considérablement tandis que d’autres ne remarquent aucune différence. Pour d’autres femmes, les taux de glycémie sont plus bas avant et durant leurs menstruations. Vous devez découvrir vos propres tendances afin d’adapter votre insuline en conséquence. C’est souvent la glycémie à jeun avant le déjeuner qui tend à fluctuer le plus. Aussi, être physiquement active la semaine avant vos menstruations peut aider à contrôler les fluctuations des taux de glycémie. 

La contraception 
La planification des naissances est un sujet important pour les femmes atteintes de diabète parce que les risques sont plus élevés pour une femme atteinte de DT1 et son enfant lorsque la grossesse n’a pas été prévue. Les femmes atteintes de DT1 disposent des mêmes choix de contraception que toutes les autres femmes, lesquels relèvent des préférences personnelles. L’efficacité des différentes options de contraception est également la même pour les femmes atteintes de diabète ou non. 

Il fut un temps où on recommandait aux femmes atteintes de DT1 d’éviter de prendre des contraceptifs oraux en raison de leur effet sur la glycémie et les risques de maladies cardiaques et d’accidents vasculaires cérébraux. Les changements dans les niveaux d’hormones qui ont été apportés dans les comprimés au cours des dernières décennies ont considérablement réduit les risques liés à ces problèmes.

Auparavant, il y avait des craintes voulant que des DIU (dispositifs intra-utérins) accroissent le risque d’infection pelvienne ou de traumatisme au col de l’utérus et que les femmes atteintes de DT1 puissent être particulièrement vulnérables à ces infections. La nouvelle génération de DIU semble être sécuritaire à cet égard. Utiliser un diaphragme n’a aucun effet sur les taux de glycémie, mais peut entraîner un risque plus élevé d’infections à levures pour les femmes atteintes de DT1. Parlez des options de contraception appropriées avec votre médecin et votre éducateur spécialisé en diabète. 

La sexualité 
Vivre avec le diabète peut influencer vos expériences sexuelles, physiquement et émotionnellement. Votre santé sexuelle est une partie importante de votre état de santé général et vous devez discuter de vos préoccupations avec votre médecin et votre éducateur spécialisé en diabète. 

Les infections 
Les infections vaginales et urinaires sont plus courantes chez les femmes atteintes de diabète, surtout celles dont la glycémie est habituellement trop élevée. Les infections vaginales, comme les infections à levures, peuvent occasionner des démangeaisons, des écoulements vaginaux inhabituels et des douleurs pendant les rapports sexuels, mais elles se traitent facilement. Une infection urinaire peut occasionner une urine trouble ou du sang dans l’urine, une sensation de brûlure et le sentiment d’avoir toujours besoin d’uriner. Ce type d’infection doit être traité immédiatement afin de réduire les risques d’infection subséquente aux reins. Votre médecin vous prescrira un antibiotique et votre pharmacien suggèrera des remèdes en vente libre pour réduire la douleur au besoin. 

Hyperglycémie 
Une glycémie constamment élevée peut avoir des effets sur votre niveau d’énergie et entraîner une grande fatigue. Sans surprise, ceci peut également nuire à votre libido. Maintenir un taux de glycémie sain peut améliorer votre humeur et votre libido. 

Lubrification réduite 
Après plusieurs années de diabète, certaines femmes développent une complication portant le nom de neuropathie (lésions aux nerfs), laquelle peut réduire la lubrification vaginale. Ceci peut causer des inconforts durant les rapports sexuels. Une diminution ou manque de lubrification peut survenir pour de nombreuses autres raisons incluant la ménopause, les contraceptifs oraux et le stress. Les lubrifiants à base d’eau sont un moyen efficace pour améliorer la sécheresse et la sensibilité. Des suppositoires vaginaux peuvent également être utilisés en cas de sécheresse sévère.
 
Grossesse 
Dans le passé, les femmes atteintes de DT1 étaient dissuadées de devenir enceintes à cause des risques de complications, notamment une fausse-couche, accouchement d’un mort-né et les déficiences congénitales. Heureusement, ce n’est plus le cas aujourd’hui et les femmes atteintes de DT1 peuvent espérer un bébé en santé. Ce qui est important, comme pour tous les aspects de la gestion du DT1, est de planifier. Les femmes atteintes de DT1 doivent planifier leur grossesse et se préparer à travailler un peu plus fort durant la grossesse afin d’assurer l’arrivée d’un bébé en santé. Vous aurez besoin de l’appui d’une équipe de professionnels de la santé qui vous aidera à planifier une saine grossesse. 

Pendant la grossesse et à l’accouchement
La grossesse pose parfois des défis particuliers pour les femmes atteintes de DT1. Maintenir un contrôle très étroit de la glycémie tout le long de votre grossesse peut être extrêmement stressant et exigeant. Vos besoins en insuline changeront à mesure que vous surmonterez les obstacles des nausées matinales et que votre grossesse évoluera. Vous pourriez constater que les signes précurseurs habituels d’hypoglycémie changent ou disparaissent complètement. Persévérez – ça en vaut la peine! Recherchez de l’appui auprès de votre famille, vos amis et des professionnels de la santé. 

Vous devrez rendre visite à votre endocrinologue et obstétricien plus régulièrement que pour les femmes qui ne sont pas atteintes de DT1. Votre médecin préparera un calendrier de visites de suivi et de tests. Certaines complications sont aggravées par la grossesse (la néphropathie et la rétinopathie par exemple). Votre médecin vous surveillera de près pendant votre grossesse. 

La croissance de votre bébé exige également un suivi rigoureux. Les bébés de femmes atteintes de DT1 sont à risque de développer un état connu sous le nom de macrosomie, ce qui signifie un poids de naissance supérieur. Si les taux de glycémie sont élevés durant la grossesse, une plus grande quantité de glucose traversera le placenta. Votre bébé produira sa propre insuline à partir de la 15e semaine de grossesse. La quantité additionnelle stimule le pancréas de votre bébé à produire plus d’insuline, et en retour, cela accélère la croissance du bébé qui emmagasine plus de glucose et de gras. Le bébé peut également avoir des problèmes de faibles taux de glycémie à la naissance parce qu’il continue à produire une quantité additionnelle d’insuline pendant un jour ou deux. Maintenir les taux de glycémie dans une plage cible réduira considérablement le risque d’apparition de ces problèmes. Vous n’avez aucune raison de vous attendre à avoir une grossesse anormale. Plusieurs femmes atteintes de DT1 portent leur bébé à terme et amorcent le travail d’elles-mêmes. On recommande à certaines femmes de donner naissance un peu plus tôt que prévu pour différentes raisons, notamment pour contrôler le diabète ou éviter le surplus de poids du bébé. La plupart des femmes atteintes de DT1 accouchent par voie vaginale, malgré qu’elles soient un peu plus à risque d’avoir recours à une césarienne comparativement aux femmes qui ne sont pas atteintes de DT1. Vous pourrez discuter de toutes les options avec votre obstétricien et préparer l’accouchement vers la fin de la grossesse. 

Rien ne vous empêche d’allaiter si vous le souhaitez. Il suffit de surveiller les fluctuations de vos taux de glycémie. 

L’image corporelle et la gestion du poids 
Plusieurs facteurs influencent notre image corporelle et l’un d’entre eux est la présence d’une maladie. La prise en charge du diabète est sans cesse centrée sur l’alimentation et le contrôle du poids, ce qui peut avoir un impact sur l’image corporelle. Le poids et le diabète sont interreliés. 

Certaines femmes trouvent que l’administration d’insuline occasionne un gain de poids considérable, alors que d’autres trouvent qu’il est difficile de prendre du poids, surtout si la glycémie est élevée. 

Parfois, notre mode de vie n’est pas aussi sain qu’il devrait l’être à cause des exigences de la vie au quotidien. Nous mangeons parfois pour nous détendre, pour nous réconforter, ou pour nous aider à surmonter des sentiments négatifs comme la colère, l’ennui, la peur, la solitude ou un sentiment de ne pas être à la hauteur. 

Si vous éprouvez des difficultés à maintenir un poids santé, il pourrait être utile de séparer la question du poids que vous souhaitez atteindre et celle des comportements que vous souhaitez adopter pour rester en santé. Vous pourriez faire appel aux services d’un diététiste pour élaborer un plan d’action qui vous aidera à rester en santé. Essayez ensuite de vous en tenir au plan, pas seulement à votre taille. Pouvez-vous atteindre vos objectifs en matière de nourriture et d’activités? Faites-en vos indices de succès plutôt que votre tour de taille. 
Vous pourriez avoir besoin d’une aide supplémentaire pour vous aider à gérer ces préoccupations. Les services d’un conseiller professionnel peuvent s’avérer utiles pour examiner les obstacles à votre santé et pour changer votre façon de penser et de vous comporter. Si c’est votre cas, parlez-en à votre médecin et à l’équipe de professionnels de la santé; demandez-leur de vous recommander à un thérapeute pour vous aider à résoudre ces problèmes. 

La ménopause 
Les mécanismes de ménopause peuvent s’enclencher plus tôt chez les femmes atteintes de diabète que chez les autres qui n’en sont pas atteintes. Comme les menstruations, la ménopause entraînera des changements hormonaux qui pourraient entraîner des fluctuations dans les taux de glycémie. En fait, l’hypoglycémie peut être l’un des premiers signes de ménopause chez les femmes atteintes de DT1. Au cours des années précédant la ménopause, les poussées et les chutes d’estrogène et de progestérone peuvent entraîner différents changements chez les femmes comme des sautes d’humeur, des symptômes prémenstruels (SPM) plus prononcés, des cycles menstruels de fréquences variées et un flux menstruel plus ou moins abondant. Pour certaines femmes, les changements hormonaux sont à peine remarquables; toutefois, certaines subissent des fluctuations de glycémie qui exigent de plus fréquents tests et des modifications dans la quantité d’insuline. 

L’une des plus grandes difficultés est que certains symptômes de diabète et de ménopause peuvent être très semblables. La ménopause et l’hypoglycémie peuvent causer des étourdissements, l’augmentation de la température du corps, des sautes d’humeur et des pertes de mémoire à court terme. L’hyperglycémie, comme la ménopause, peut également causer de la fatigue. Le seul moyen de savoir si les symptômes sont liés au diabète ou à la ménopause est de vérifier la glycémie. 

Il est important de maintenir un mode de vie actif durant la ménopause. Certaines femmes cessent de pratiquer des activités physiques et commencent à prendre du poids, ce qui nuit à la capacité d’absorption de l’insuline et au contrôle de la glycémie. Parfois, les femmes subissent des effets secondaires négatifs pendant la ménopause comme la sécheresse vaginale, une augmentation des infections à levures et des infections urinaires. Consultez votre médecin pour explorer des moyens de traiter ces effets indésirables à l’aide d’un traitement hormonal substitutif ou de changements à votre dosage d’insuline. 

La clé pour demeurer en santé après la ménopause pour les femmes atteintes de DT1 est la même que pour les femmes sans DT1. Essayez de prendre des repas bien équilibrés régulièrement, soyez le plus active possible, prenez des rendez-vous de suivi régulièrement avec votre médecin et appliquez-vous à gérer votre diabète le mieux possible. Vous ne suivrez peut-être pas toujours certaines (ou toutes) recommandations, souvenez-vous que ce qui compte, ce sont les choix que vous faites la plupart du temps.

Top Retour au DT1 en ligne

Lets turn type one into type none