Conversation avec Alyssa

Diagnostic de DT1 à 15 ans
Entrevue menée durant la planification de la conception

Relativement au DT1, quels sont les éléments à considérer lors de la planification de votre grossesse?
Lorsque mon mari et moi avons commencé à parler de la possibilité de fonder une famille, la première chose qui m’est venue à l’esprit fut de resserrer les paramètres de ma pompe à insuline et de diminuer mon taux A1C, même si j’étais déjà assez satisfaite des résultats. Il faut parfois des mois pour perfectionner ces ajustements! Et ensuite, bien sûr, ils changent à nouveau.

Pendant ces préparatifs, je me suis mise à faire de l’exercice très régulièrement. Je voulais être en bonne forme physique et savoir comment gérer mes taux de glycémie pendant l’exercice. Cela demeure toujours un défi, mais mon programme d’exercice est maintenant bien réglé et j’ai aussi atteint mon objectif A1C! Il ne reste plus qu’à me concentrer sur le bébé.

Qui fait partie de votre équipe médicale?
Mon équipe est composée de mon endocrinologue, d’une éducatrice agréée en diabète, d’une diététiste et de la personne la plus importante, mon mari, Adrian, qui est mon plus fidèle soutien. C’est lui qui m’aide au quotidien à prendre des décisions que, pour être honnête, je suis fatiguée de prendre après 16 ans à vivre avec le DT1. Nous travaillons ensemble pour régler mon taux basal, essayer de trouver les ratios de réaction appropriés et d’éssayer de savourer un morceau de pizza de temps à autre. Je ne peux imaginer faire tout cela sans lui. Bien que mon endocrinologue et mon infirmière spécialisée soient toujours là pour m’aider avec les ajustements, je gère mon diabète moi-même depuis très longtemps maintenant. Le DT1 est une maladie qu’il faut prendre en charge soi-même et personne ne connaît votre corps aussi bien que vous-même.

Quels sont les principaux défis et comment y faites-vous face?
Pour ma part, qu’il s’agisse ou non de planifier une famille, j’aurais de toute façon apporté ces changements à ma routine de gestion du DT1. Je veux vivre longtemps, en santé et heureuse avec mon mari et ma famille et je vais faire tout ce qu’il faut pour y arriver.

L’un des plus grands défis de la vie avec le DT1 en général est que ce n’est pas une science exacte. Nous ne pouvons pas toujours compter nos glucides correctement, ou évaluer avec précision les effets de l’exercice, du stress, des hormones et des millions d’autres facteurs qui agissent sur nos taux de glycémie. Le défi le plus important est de reconnaître qu’on ne peut pas toujours être parfaits. Parfois, nos chiffres ne sont pas ceux qu’on voudrait qu’ils soient, et nous devons être capables de l’accepter et de passer à autre chose. Je travaille là-dessus tous les jours.

En ce qui concerne la planification de la grossesse, le plus grand défi est de maintenir mon A1C dans une certaine fourchette cible sans subir trop de baisses. Essayer de maintenir un contrôle aussi étroit laisse beaucoup moins de place à l’erreur, donc les risques d’hypoglycémie sont beaucoup plus élevés. Il faut trouver l’équilibre entre les baisses et les hausses. Utiliser un glucomètre continu m’aide vraiment à me maintenir en sécurité dans une fourchette très étroite. J’essaie de prendre les choses au jour le jour et d’être patiente. Autrement, si vous laissez cela mener votre vie, vous vous sentirez complètement dépassée.

Avant la grossesse

Lets turn type one into type none