Diabète de type 1 et travail

Que révéler à votre employeur?

À tout juste 27 ans, Kristen Garland se mit à perdre sa concentration dans ses fonctions de webmestre au travail.

« J’étais souvent en retard et mes collègues me demandaient toujours si ça allait », se rappelle Kristen. « Je pensais que c’était seulement dû au stress, mais rapidement, j’ai appris que j’avais le diabète de type 1, un diagnostic qui a changé ma vie. »

Kristen a tout de suite demandé un arrêt de travail temporaire et a commencé à travailler à partir de chez elle.

« Mon patron a été très compréhensif et encourageant », dit-elle.

Avec l’approbation de Kristen, son patron a expliqué la situation aux collègues de celle-ci et, à leur tour, eux aussi ont offert leur soutien et exprimé le désir d’en savoir plus sur le diabète de type 1 (DT1).

« Si quelqu’un me posait des questions, je leur disais la vérité et j’essayais de répondre du mieux que je pouvais », explique-t-elle. « Étant la première, des deux côtés de la famille, à avoir le diabète, je ne savais pas grand-chose moi-même. Toutefois, ces échanges étaient encourageants, ce qui a été très utile. »

Au fil des années, les entreprises ont reconnu le besoin croissant de trouver de nouvelles façons d’accommoder les employés atteints de diverses maladies. Toutefois, les employeurs ne peuvent offrir de solutions utiles que si les employés choisissent de divulguer leur état.1

Divulguer votre DT1 au travail

« Je n’ai jamais été nerveuse à l’idée de parler de ma maladie à qui que ce soit, je n’y ai jamais vraiment pensé », dit Kristen. « Bien que je ne connaissais aucune personne atteinte de diabète de type 1, je savais qu’il y avait des lois contre la discrimination pour protéger les employés dans une certaine mesure. »

Certaines personnes, toutefois, pourraient se montrer plus hésitantes à informer leur employeur. Tant que votre travail n’affecte pas la sécurité d’autres personnes, vos renseignements médicaux sont confidentiels et la décision d’en faire part à d’autres vous appartient.

Il pourrait être indiqué de communiquer les détails de votre maladie, surtout si vous devez apporter certaines modifications à votre situation d’emploi pour aider à gérer votre diabète, par exemple vous assurer d’avoir des pauses repas. La divulgation à votre employeur peut aussi être nécessaire si votre maladie peut affecter votre sécurité personnelle ou celle de personnes autour de vous, par exemple dans le cas d’un ouvrier de la construction.

« Dans certains types d’emploi, les gens doivent gérer de près leur taux de glycémie afin de prévenir les situations susceptible de causer des blessures, à eux ou à autrui », de dire Christine Turner, directrice nationale de l’engagement communautaire à FRDJ Canada. « Si leur taux de glucose sanguin diminue, ils peuvent souffrir de désorientation, ce qui pourrait être dangereux, particulièrement sur un chantier de construction. »

Dites-le à quelqu’un en qui vous avez confiance

Bien que le fait de révéler votre maladie soit un choix personnel en l’absence de risques à la sécurité au travail, « dans une situation d’urgence, il vaut mieux pouvoir compter sur un collègue qui est au courant et qui peut vous aider », de dire Mme Turner.

Voici quelques renseignements importants à partager avec une personne de confiance au travail : 2,3

  • Les symptômes d’hypoglycémie : tremblement, sueurs, étourdissements, faim, vision trouble, difficultés de concentration, anxiété, irritabilité et changements de comportement.
  • Les mesures d’urgence à prendre en cas de baisse importante du taux de glycémie dans le sang.
  • Où se trouve votre glucagon, quand l’utiliser et comment l’administrer. Le glucagon est une injection que vous devriez toujours avoir sous la main pour vous aider à rehausser votre taux de glycémie en cas d’urgence.
  • Appeler le 911 si on n’est pas certain de ce qu’il faut faire ou si vous cessez de réagir.

Conseils sur la façon de parler à votre employeur et de demander des adaptations

Si vous décidez de révéler officiellement votre maladie, « informez votre employeur que vous êtes atteint de diabète de type 1, et la façon dont cela pourrait ou non vous affecter votre journée », suggère Mme Turner. « Considérez cela comme une occasion d’informer rapidement. Ce que vous voulez, c’est de la compréhension et, si nécessaire, du soutien. »

Kristen abonde dans le même sens et ajoute « Je vois cela comme une occasion de sensibiliser les gens au diabète de type 1. »

Vous devrez aussi peut-être préciser certaines mesures d’adaptation que votre employeur peut mette en place :4

  • Des pauses tout au long de la journée pour vérifier votre taux de glycémie, prendre une collation, prendre des médicaments, vous injecter de l’insuline ou aller à la salle de bain.
  • Un endroit où vous reposer au besoin, effectuer vos test de glycémie et injecter votre insuline.
  • La possibilité de garder à proximité de la nourriture et les fournitures nécessaires à votre diabète.
  • Des congés pour vous rendre à vos rendez-vous médicaux.
  • La possibilité de travailler à partir de la maison ou d’établir un horaire de travail modifié.
  • Si vous souffrez de neuropathie (une maladie qui touche les nerfs) et que vous devez travailler debout, la permission d’utiliser une chaise ou un tabouret.
  • Si vous souffrez de rétinopathie (une maladie qui touche les yeux), un grand écran pour votre ordinateur ou d’autres dispositifs d’assistance.

Il pourrait être plus difficile de gérer votre DT1 si vous devez travailler sur des quarts de travail, puisque ce type d’horaire pourrait augmenter votre risque de taux de glycémie trop élevés ou trop bas à cause des changements dans les rythmes circadiens, responsables de la régulation des processus quotidiens de l’organisme tels que la faim et la fatigue. Votre équipe soignante pourra vous aider à élaborer un plan de gestion qui conviendra à votre situation. Elle pourrait aussi recommander certaines mesures d’adaptation, par exemple établir un quart standardisé ou prévoir des pauses à l’avance.5

Ayez un solide système de soutien

Que vous décidiez ou non de révéler votre diagnostic de DT1 au travail, avoir un système de soutien solide est essentiel pour bien gérer votre maladie, au travail comme ailleurs.

« Ma fille Kenadie (qui a elle aussi le diabète de type 1), ma mère Eleanore et mon amie Marlene Grass, infirmière et fondatrice du Charles H. Best Diabetes Centre qui soutient près de 1 500 personnes atteintes de diabète de type 1 dans la région de Durham, ont été mes plus grands soutiens au cours de mon cheminement », dit Kristen. « Elles ont contribué à mon succès à ce jour en offrant un appui inconditionnel et des ressources qui ont rendu un peu plus vivables tous les aspects de cette maladie. »

Le cheminement de Kristen l’a ramenée à l’école pour devenir diététiste afin de pouvoir un jour redonner aux autres personnes atteintes de DT1.

« Mon but est d’établir un centre qui permette aux personnes qui viennent de recevoir leur diagnostic tout comme aux guerriers de longue date, d’avoir accès aux ressources et qui rassemble la force et les outils dont ces personnes ont besoin pour demeurer en santé, tant physiquement que mentalement », explique-t-elle. « J’espère être capable d’offrir du counseling clinique spécifique au diabète de type 1 et un soutien communautaire aux enfants, aux adultes et aux familles. »

Références :

  1. Qu’est-ce que l’obligation d’adaptation et en quoi peut-elle m’aider? Site internet de la Commission canadienne des droits de la personne http://www.chrc-ccdp.gc.ca/fra/content/qu%E2%80%99est-ce-que-l%E2%80%99obligation-d%E2%80%99adaptation-et-en-quoi-peut-elle-m%E2%80%99aider. Consulté le 27 février 2017.
  2. Gestion quotidienne. Site internet de FRDJ Canada http://www.frdj.ca/ressources/apprendre/adultes/gestion-quotidienne/. Consulté le 15 février 2017.
  3. Diabetes 9 to 5: Tips to help you manage your diabetes at work. Site internet de WebMD http://www.webmd.com/diabetes/features/tips-to-help-you-manage-your-diabetes-at-work#1. (en anglais seulement) Consulté le 15 février 2017
  4. Common reasonable accommodations of individuals with diabetes. Site internet de l’American Diabetes Association http://www.diabetes.org/living-with-diabetes/know-your-rights/discrimination/employment-discrimination/reasonable-accommodations-in-the-workplace/common-reasonable-accommodations.html. (en anglais seulement) Consulté le 15 février 2017
  5. JDRF Canada T1D Adult Toolkit 2014 (en anglais seulement)

Top Retour au DT1 en ligne

Lets turn type one into type none