Explorer le lien entre l'hypoglycémie et des rythmes cardiaques anormaux

Une nuit de sommeil paisible est souvent un objectif difficile à atteindre pour plusieurs personnes. Mais pour celles qui vivent avec le diabète de type 1 (DT1), cet objectif peut s’avérer plus inquiétant que difficile en raison du risque d’hypoglycémie (faible taux de sucre dans le sang). En fait, une nouvelle étude de recherche révèle que l’hypoglycémie pourrait aussi provoquer des rythmes cardiaques anormaux, qui dans certains cas, peuvent mener à une insuffisance cardiaque.

Dr Simon J. Fisher, codirecteur du Diabetes and Metabolism Center à l’Université de l’Utah, a présenté des données sur le lien entre l’hypoglycémie et l’insuffisance cardiaque lors de la conférence du American Diabetes Association en juin dernier. Il a expliqué que des personnes qui subissent des épisodes d’hypoglycémie à plusieurs reprises peuvent développer une arythmie cardiaque, et qu’un épisode subséquent d’hypoglycémie grave pourrait être la cause d’un décès hâtif.

Les résultats du Dr Fisher ont également démontré que l’utilisation d’un bêta-bloquant, un médicament par voie orale pour traiter l’hypertension, a aidé à prévenir la mort chez des modèles animaux atteints de DT1. Des battements cardiaques rapides font partie des symptômes d’hypoglycémie. Le médicament bloque l’hormone d’adrénaline, ce qui ralentit l’influx nerveux dans le cœur, apaise le rythme des battements cardiaques et améliore le débit sanguin. Bien que le bêta-bloquant augmente le risque d’hypoglycémie en réduisant la sensibilité à un faible taux de sucre dans le sang, il protège en même temps contre une arythmie cardiaque fatale causée par un grave épisode d’hypoglycémie.

Les essais cliniques sur des humains n’ont pas encore été amorcés, mais Dr Fisher recommande aux professionnels des soins de santé de travailler avec leurs patients pour établir des objectifs glycémiques cibles en conséquence de sorte à éviter les situations qui pourraient s’avérer fatales.

Dr Fisher est appuyé par FRDJ depuis 2001, moment où il travaillait au Joslin Diabetes Center à titre de boursier de recherches postdoctorales. Il a reçu de nombreuses subventions de FRDJ et agit actuellement à titre de mentor auprès de chercheurs financés par FRDJ.

Rendez-vous à notre Blogue de FRDJ afin d’accéder à d’autres articles informatifs sur le diabète de type 1 et la santé.

Lets turn type one into type none