FRDJ et des experts à l'international dans le domaine de l'hypoglycémie collaborent pour améliorer les soins aux personnes atteintes de diabète

FRDJ collabore avec un consortium international composé de 23 organisations publiques et privées à une nouvelle étude de recherche européenne afin de mieux comprendre les conséquences de l’hypoglycémie (faible taux de sucre dans le sang) en présence de diabète et d’aider à réduire les effets sur les personnes qui en sont touchées.

Hypo-RESOLVE (Hypoglycemia – Redefining SOLutions for better liVEs/hypoglycémie – redéfinir des solutions pour améliorer les vies), un projet de quatre ans comprenant 10 pays, vise à fournir aux chercheurs et aux cliniciens davantage de données validées sur l’hypoglycémie :

  • par la création d’une base de données cliniques durable;
  • par l’étude des mécanismes fondamentaux de l’hypoglycémie;
  • par l’identification des prédicteurs et des conséquences de l’hypoglycémie;
  • par le calcul des coûts financiers dans les pays européens.

Le diabète (types 1 et 2 combinés) afflige 60 millions de personnes en Europe à l’heure actuelle. L’hypoglycémie, une complication des deux types de diabète, est souvent source d’anxiété et de craintes (surtout pour les personnes qui prennent de l’insuline) parce qu’elle peut causer des étourdissements, de l’anxiété, un rythme cardiaque rapide, des crises épileptiques et même la mort.

« Notre mission, par l’entremise de l’étude Hypo-RESOLVE, est de fournir une classification fondée sur des éléments concrets pour l’hypoglycémie, basée sur des données fiables provenant de 100 à 150 essais cliniques récemment menés », explique le Dr Bastiaan de Galan, coordonnateur de Hypo-RESOLVE et interniste au Département de médecine interne du Centre médical universitaire Radboud aux Pays-Bas. « Ces puissantes statistiques nous permettront de formuler des énoncés valides sur les seuils de glucose sous lesquels l’hypoglycémie constitue un grand danger pour les personnes atteintes de diabète. »

Hypo-RESOLVE prévoit également former un comité consultatif de patients afin d’assurer que les connaissances, les opinions et les souhaits des personnes atteintes de diabète sont pris en compte à l’échelle des multiples volets du projet. De même, l’étude espère sensibiliser le public à l’hypoglycémie et au diabète, tout en créant en même temps des interventions pour améliorer les traitements.

L’étude Hypo-RESOLVE est soutenue par un financement de 26,8 millions d’euros de l’Initiative en matière de médicaments innovants (ITC), une entreprise commune de la Commission européenne et de la Fédération européenne des associations de l’industrie pharmaceutique (EFPIA), FRDJ et le Fonds de bienfaisance Leona M. et Harry B. Helmsley.

Lets turn type one into type none