Qu'est-ce que le pancréas artificiel?

Nancy Tout, docteure en microbiologie et immunologie, explique cette technologie qui change la vie des personnes atteintes de diabète de type 1

En septembre 2016, la U.S. Food and Drug Administration (FDA), secrétariat  américain aux produits alimentaires et pharmaceutiques, approuvait le premier système permettant de détecter automatiquement les taux de glucose dans le sang et d’ajuster les doses d’insuline basale chez les personnes de 14 ans et plus atteintes de diabète de type 1 (DT1). Le pancréas artificiel de Medtronic utilise une pompe à insuline, un capteur et un algorithme de contrôle pour gérer avec plus de précision l’administration d’insuline basale entre les repas et durant le sommeil, maintenant la glycémie dans une fourchette équilibrée tout au cours de la journée et de la nuit.

« L’amélioration de la qualité de vie qu’offre le pancréas artificiel est importante, allégeant non seulement le fardeau quotidien, mais permettant aussi aux utilisateurs de dormir en paix et en toute sécurité », explique Nancy Tout, dont le fils Alex a reçu un diagnostic de diabète de type 1 à l’âge de deux ans. « Au cours des 14 dernières années, nous avons dû réveiller Alex au milieu de la nuit, chaque nuit, pour tester sa glycémie. Cela ne serait plus nécessaire avec un pancréas artificiel. »

Docteure en microbiologie et immunologie, Mme Tout est agente d’information bénévole de FRDJ sur la recherche. En tant que scientifique et mère, elle a suivi avec intérêt l’évolution de la recherche sur le pancréas artificiel. Des progrès importants ont été réalisés depuis que FRDJ annonçait en 2006 la création d’un consortium de recherche sur ce sujet, l’Artificial Pancreas Consortium (site en anglais seulement), qui réunit des endocrinologues, des mathématiciens et des ingénieurs issus d’établissements d’enseignement, d’organisations de recherche et de l’industrie.

Le leadership et le travail de défense d’intérêts de FRDJ en matière de pancréas artificiel ont accéléré le développement et l’approbation du premier système en boucle fermée aux États-Unis. FRDJ a investi plus de 116 millions de dollars en recherche, incluant d’importantes recherches fondamentales, et facilité le partage d’information et les collaborations, pavant la voie vers l’approbation des autorités régulatrices.

Le nouveau système de pancréas artificiel de Medtronic n’est pas encore offert au Canada, mais Nancy Tout est optimiste. Elle explique que l’approbation par de prestigieux organismes de réglementation tels que la FDA est un signe positif qui influencera d’autres gouvernements dans le monde.

FRDJ Canada a entamé un dialogue avec Santé Canada, les fabricants d’appareils et les décideurs pour vérifier si nous ne pourrions pas jouer un rôle similaire au Canada. FRDJ vise à donner accès aux Canadiens à ces technologies révolutionnaires dans un délai raisonnable, tout en s’assurant de leur sécurité et de leur efficacité.

Vers un système en boucle fermée entièrement automatisé
« Le pancréas artificiel se charge d’une partie de la vigilance que doivent exercer les personnes atteintes puisque son algorithme traite l’information sur la glycémie et administre l’insuline nécessaire pour que la personne demeure dans une fourchette optimale », indique Mme Tout. « Toutefois, le système actuel de Medtronic est ce qu’on pourrait appeler un "système en boucle fermée hybride", qui n’est pas en boucle entièrement fermée. Le patient doit toujours calculer les glucides ingérés pour prendre ses décisions quant à l’insuline au moment des repas et aviser le système lors d’exercices. »

Nancy Tout souligne que certains problèmes devront être résolus avant de créer un système en boucle véritablement fermée, capable de reproduire entièrement le rôle du pancréas :

  • des sites moins intrusifs pour l’administration de l’insuline et les capteurs de glycémie qui, actuellement, causent de l’irritation et doivent être changés fréquemment, l’un des objectifs étant d’allonger la durée d’utilisation des sites;
  • une formulation combinant le glucagon et l’insuline, le glucagon étant une autre hormone dont l’organisme a besoin pour réguler les niveaux de glycémie;
  • une insuline à action plus rapide, parce qu’il existe encore un délai de 15 minutes entre l’administration de l’insuline et son efficacité;
  • une taille encore plus petite, qui rendrait l’appareil encore plus discret que les dispositifs actuels, ce qui en ferait une option plus attrayante pour les patients;
  • la création d’algorithmes plus avancés à mesure que plus de données sont recueillies au fil du temps.

« Ce qui est très intéressant, c’est que tous ces éléments font actuellement l’objet de recherches et sont en développement », indique Nancy Tout. « Les systèmes futurs soulageront entièrement les patients de leur fardeau et tiendront compte de toutes les variables, depuis les repas et les collations jusqu’à l’exercice et les fluctuations hormonales. Le but ultime du Artificial Pancreas Consortium est le développement de systèmes multiples, sûrs et complètement automatisés, capables de reproduire les opérations d’un pancréas normal. »

Innovations et progrès
Les progrès importants qui ont cours actuellement dans le domaine des systèmes de pancréas artificiels signifient que le système Medtronic n’est pas seulement une percée ou une bonne raison d’être optimistes. Selon Mme Tout, de nombreux autres systèmes de pancréas artificiels sont présentement en développement et des progrès sont réalisés.

Ainsi, un chercheur financé par FRDJ, le Dr Rabasa-Lhoret, évalue deux configurations de pancréas artificiels externes à l’Institut de recherches cliniques de Montréal, un établissement de recherche indépendant et sans but lucratif affilié à l’Université de Montréal. L’une de ces configurations infuse de l’insuline tandis que l’autre infuse une combinaison d’insuline et de glucagon, une hormone capable d’aider à hausser la glycémie et de réduire le risque d’hypoglycémie.

Il s’agit d’une période très stimulante pour la recherche sur le DT1. D’ici à ce qu’une guérison soit trouvée, le pancréas artificiel offre un incroyable potentiel aux personnes qui vivent avec le DT1, en réduisant de manière importante le fardeau constant de la gestion de leur maladie.

Pour accélérer le rythme de la recherche, FRDJ a besoin de financement. Nous vous invitons à envisager une contribution en faisant un don, en participant à la Révolution FRDJ Roulons pour vaincre le diabète, en assistant à l’un de nos galas, ou en devenant bénévole. Avec votre aide, nous pourrons mettre un point final au diabète de type 1.

Top Retour au DT1 en ligne

Lets turn type one into type none