Un essai clinique chez les humains établit l'efficacité du médicament verapamil pour traiter le diabète de type 1

Un nouvel essai clinique chez les humains a permis de découvrir qu’un médicament fréquemment utilisé depuis les trois dernières décennies pour traiter l’hypertension peut aider à favoriser la production d’insuline et la réduction d’épisodes d’hypoglycémie chez les adultes dont le diagnostic de diabète de type 1 est récent.

L’étude, menée par une équipe de chercheurs à l’Université de l’Alabama au Birmingham Comprehensive Diabetes Center, a révélé que l’administration régulière de verapamil par voie orale – un médicament contre l’hypertension approuvé pour usage médical en 1981 – permet aux patients de produire des niveaux plus élevés de leur propre insuline de manière sécuritaire, limitant ainsi le besoin d’injections d’insuline pour régulariser les niveaux de sucre dans le sang. Cette découverte révolutionnaire est la première approche thérapeutique non-immunosuppressive à cibler la perte des fonctions des cellules bêta en contexte de diabète de type 1.

« Les données recueillies durant notre essai clinique nous donnent toutes les raisons de croire en la promesse pour les personnes atteintes de diabète de type 1 d’avoir accès à une approche thérapeutique permettant de réduire leurs besoins d’insuline externe et d’améliorer le contrôle de leur glycémie de même que leur qualité de vie, grâce aux effets positifs de verapamil sur les fonctions des cellules bêta », explique Dre Anath Shalev, directrice du « Comprehensive Diabetes Center » de l’Université de l’Alabama et chercheuse principale de l’essai clinique.

En 2014, le laboratoire de l’Université de l’Alabama de la Dre Shalev a reçu une subvention de 2,1 millions $ de FRDJ pour mener un essai clinique visant à étudier les effets du médicament. L’essai clinique sur le verapamil a suivi 24 patients âgés de 18 à 45 ans, chacun au cours d’une période d’un an. Tous les volontaires avaient reçu le diagnostic de diabète de type 1 dans les trois mois qui ont précédé leur participation à l’essai clinique et ont continué leur traitement prescrit par pompe à insuline tout le long de l’étude.

La recherche de la Dre Shalev marque le premier test de verapamil pour en vérifier la sécurité et l’efficacité pour le traitement du diabète de type 1.

« Bien que cette recherche ne soit pas une guérison en soi du diabète de type 1 », poursuit Dre Shalev, « ces résultats nous rapprochent de traitements modifiant la maladie qui pourraient permettre aux personnes atteintes de diabète de type 1 de mieux contrôler leur maladie et de maintenir une certaine production de leur propre insuline. »

Rendez-vous à notre section Nouvelles sur la recherche afin d’accéder à d’autres articles informatifs sur le diabète de type 1 et la santé.

Lets turn type one into type none