Utiliser un médicament pour le diabète de type 2 pour gérer le diabète de type 1

Le diabète de type 1 (DT1) et le diabète de type 2 ont peut-être peu en commun, mais une nouvelle étude de recherche a révélé qu’un médicament utilisé pour traiter le type 2 pourrait également être bénéfique pour les personnes atteintes de DT1.

Dr Farid Mahmud, chercheur financé par FRDJ et spécialiste en endocrinologie pédiatrique au Hospital for Sick Children à Toronto, examine les effets de l’empagliflozine (un médicament actuellement approuvé pour traiter le diabète de type 2 et reconnu pour ses bienfaits sur le métabolisme et la santé) chez les adolescents et jeunes adultes atteints de DT1 dont le risque de développer des complications comme des maladies du rein et du cœur est plus élevé. L’empagliflozine réduit la quantité de glucose que les reins réabsorbent dans le sang, permettant ainsi à une plus grande quantité de passer par l’urine.

L’essai ATTEMPT Adolescent Type 1 Diabetes Treatment with EMPagliflozin for Hyperglycemia & HyperfilTration Trial (essai clinique sur le traitement des adolescents atteints de diabète de type 1 avec l’empagliflozine pour l’hyperglycémie et l’hyperfiltration) vise à étudier l’impact de ces facteurs combinés à un traitement par insuline et à évaluer l’efficacité et l’utilisation du médicament par voie orale.

L’adolescence et le début de l’âge adulte sont les périodes de la vie où les personnes atteintes de DT1 affichent les pires résultats en matière de contrôle de la glycémie. Ceci est attribuable à plusieurs facteurs, notamment les changements physiologiques (croissance et puberté) qui entraînent une diminution de la sensibilité des personnes à l’insuline, et les changements psychologiques, sociaux et développementaux.

L’essai clinique ATTEMPT comprendra 100 patients pour une étude de 20 semaines et visera à établir la qualité du contrôle de leur diabète. Par l’étude d’agents novateurs de traitements et les commentaires des patients et des familles, l’essai évaluera les possibilités d’améliorer le contrôle de la glycémie, et de réduire les risques de complications qui surviennent souvent durant l’adolescence.

Si les résultats sont concluants, le projet sera le premier essai clinique en milieu universitaire en Amérique du Nord à utiliser cette méthode pour traiter les adolescents et évaluer si ces agents sont efficaces et sécuritaires pour la gestion du DT1 chez les jeunes. De plus, ces résultats seront intégrés aux recherches en cours de l’équipe sur les maladies du rein en contexte de DT1.

Rendez-vous à notre Blogue de FRDJ afin d’accéder à d’autres articles informatifs sur le diabète de type 1 et la santé.

Lets turn type one into type none