Santé mentale et le diabète de type 1

Le diabète de type 1 (DT1) est une maladie chronique nécessitant une prise en charge quotidienne, qui peut affecter le bien-être émotionnel et mental d’une personne et de sa famille.

Gestion du stress lié au diabète : développer la résilience

Développer la résilience

Vivre avec le diabète de type 1 n’est pas toujours facile. Vous pouvez ressentir du stress en raison de votre routine rigoureuse de gestion, du coût de l’insuline et d’autres dépenses ou de la stigmatisation perçue liée à une maladie chronique.

Les effets sociaux et émotionnels du DT1 sont très réels et peuvent conduire les individus à vivre l’épuisement professionnel, la dépression et l’anxiété. Malgré ces frustrations et ces obstacles, de nombreuses personnes atteintes de la maladie sont en mesure d’obtenir des résultats positifs tant dans leur gestion du diabète que dans leurs vies personnelles.

La capacité de surmonter ces défis et de rebondir à partir de points bas est souvent appelée résilience.

Certaines personnes semblent s’épanouir lorsqu’elles sont stressées. Mais la bonne nouvelle est que ce n’est pas un trait fixe — n’importe qui peut construire sa propre résilience.

Le renforcement de la résilience est une combinaison de l’exploitation de vos forces individuelles uniques et d’un soutien extérieur. Avoir une disposition facile à vivre peut vous aider à rester calme malgré les facteurs de stress. Des traits comme la confiance ou la créativité peuvent vous permettre de rester motivé dans la poursuite de vos objectifs ou d’élaborer des stratégies pour surmonter vos défis.

Comment renforcer la résilience

On a tous des forces personnelles qu’on peut identifier et cultiver pour essayer de devenir plus résilient.

Par exemple, une personne très organisée pourrait canaliser cette particularité vers une approche plus structurée de l’adaptation et de la gestion. Cela pourrait impliquer d’établir des objectifs et de planifier à l’avance. Essayez-le par vous-même — voici quelques questions que vous pouvez vous poser pour identifier vos propres forces :

  • Qu’aimez-vous faire ?
  • Que faites-vous bien ?
  • Comment pouvez-vous exploiter ces atouts pour mieux gérer le stress lié à la gestion de votre diabète ?

Votre équipe médicale, vos soignants, votre famille et vos amis peuvent également contribuer à favoriser la résilience. Les parents et les frères et sœurs peuvent offrir soutien et compassion. Les amis et collègues peuvent se renseigner sur la manière de réagir en cas d’urgence hypoglycémique. Les partenaires et autres aidants du diabète peuvent vous accompagner à vos rendez-vous chez le médecin et vous rassurer que vous n’êtes pas seul.

Des psychologues, des travailleurs sociaux et d’autres cliniciens peuvent travailler avec vous pour vous aider à accroître votre résilience. Rencontrer un professionnel pour développer des mécanismes d’adaptation sains et relever des défis tels que l’anxiété ou la dépression qui peuvent être associés au DT1 peut vous aider à atteindre vos objectifs de gestion de la maladie.

Les médias sociaux peuvent également être une source de soutien qui permet aux personnes atteintes de DT1 de communiquer entre elles et de trouver du soutien.

Des plates-formes telles que la communauté DT1 de FRDJ peuvent vous aider à trouver des pairs qui ont vécu des expériences similaires et qui peuvent s’identifier avec vous. Ceux qui établissent des liens dans une communauté de diabète en ligne manifestent des taux de glycémie inférieurs à ceux qui ne le font pas, ce qui, à son tour, peut aider à réduire le stress.

La technologie et la résilience

Le développement de la résilience peut également impliquer les ressources et les outils que vous utilisez pour gérer votre maladie. Les technologies comme les systèmes flash de surveillance du glucose (FSG) et les systèmes de surveillance du glucose en continu (SGC), ainsi que les pompes à insuline peuvent simplifier votre routine de gestion du diabète, améliorer votre qualité de vie et vous aider à vous sentir plus en contrôle.

La technologie de gestion du diabète peut être plus bénéfique pour renforcer la résilience de certaines personnes que d’autres — si vous n’avez pas envisagé d’intégrer cette technologie à votre style de vie, le moment est peut-être venu de l’explorer.

Rechercher une communication de soutien

Lorsque vous vous adressez à d’autres personnes pour obtenir du soutien lorsque vous vous sentez stressé par les défis de la gestion du DT1, il est important que les personnes vers lesquelles vous cherchez du soutien vous encouragent plutôt que de critiquer ou de juger.

Voici quelques exemples de langage critique ou de soutien. Si vous constatez que vos amis et vos proches font souvent des commentaires qui ressemblent aux phrases de gauche, vous pouvez essayer de discuter du renforcement positif en partageant ces exemples avec eux.

Langage Critique
Langage de soutien
« Votre taux de glycémie est trop élevé. Vous devez prendre mieux soin de vous. » « Je sais que la gestion de votre glycémie est un travail difficile. Y a-t-il quelque chose que je puisse faire pour vous aider ? »
« Si vous ne parvenez pas à contrôler votre glycémie maintenant, votre situation sera bien pire plus tard. » « Que puis-je faire maintenant pour soutenir vos objectifs de gestion du diabète ? »
« Courage, votre diabète pourrait être bien pire. » « Si vous voulez simplement parler de quelque chose ou si vous avez besoin de vous défouler, je suis là pour vous écouter. »

 

En plus d’offrir de l’aide ou de prêter l’oreille, il peut également être efficace pour les autres de reconnaître les efforts et les réalisations des personnes atteintes de DT1. La reconnaissance de vos progrès peut vous apporter un renforcement positif et vous aider à rester motivé.

Faire face à la détresse liée au diabète

Qu’est-ce que la détresse liée au diabète ?

Le diabète peut être une maladie difficile et exigeante. Les exigences quotidiennes de la gestion du diabète de type 1 (DT1) ainsi que les urgences liées au diabète, le développement des complications, les problèmes de santé ou même les modifications de votre plan de traitement comme le changement d’insulines ou le démarrage d’un nouveau système flash de surveillance du glucose (FSG) ou de surveillance du glucose en continu (SGC), peuvent alourdir le fardeau émotionnel du diabète. Ce fardeau émotionnel peut entraîner une détresse due au diabète.

La détresse liée au diabète est définie comme une gamme de réponses émotionnelles à la vie avec et à la gestion du diabète.

Les symptômes peuvent inclure le fait de se sentir submergé par le fardeau de la gestion du diabète ; la peur et les inquiétudes concernant les complications ou leur progression ou leur dépression sévère ; vous sentir vaincu, découragé ou épuisé lorsque vous n’atteignez pas vos objectifs de glycémie malgré tous vos efforts pour les gérer.

La détresse liée au diabète est une réaction normale dans une vie avec le diabète. En fait, c’est un problème courant qui touche entre un tiers et près de la moitié des adultes et des adolescents atteints de diabète.

La détresse liée au diabète peut non seulement affecter la personne atteinte de diabète, mais les membres de la famille, y compris les parents et les partenaires, peuvent également en souffrir.

Détresse ou dépression ?

Il n’y a pas de vacances ou d’interruptions du DT1 et sa gestion peut devenir frustrante. Des études ont montré que la majorité des personnes atteintes de diabète éprouvent des inquiétudes, des peurs et des sentiments négatifs, ce qui peut conduire à une détresse liée au diabète.

La détresse liée au diabète diffère du trouble dépressif majeur à bien des égards, mais les deux conditions se chevauchent souvent et partagent certains symptômes similaires. En raison des similitudes, la détresse liée au diabète peut être diagnostiquée à tort comme une dépression, ce qui peut conduire les personnes à recevoir le mauvais traitement. Ce diagnostic erroné est également dû en partie à la similitude des symptômes dépressifs courants avec des symptômes liés à une glycémie élevée — comme la fatigue, la perte de poids et les problèmes de sommeil.

Par rapport au trouble dépressif majeur, la détresse liée au diabète :

  • Est diagnostiqué chez les personnes atteintes de diabète
  • N’est pas considéré comme un trouble psychiatrique
  • Est beaucoup plus fréquente que la dépression
  • Partage certains symptômes similaires, mais ne répond pas aux critères de la dépression majeure
  • Est peu susceptible de répondre aux médicaments comme le fait la dépression
  • Est souvent directement lié à une mauvaise gestion de la glycémie et à une mauvaise autogestion (même à de faibles niveaux de détresse)

Faire face à la détresse liée au diabète

Il est important d’apprendre à gérer votre sentiment de détresse, d’inquiétude et d’épuisement professionnel ou d’obtenir de l’aide de votre équipe de soins. Voici quelques conseils :

  1. Reconnaissez vos sentiments. Vous ne vous sentirez pas heureux tout le temps. Presque toutes les personnes atteintes de diabète se sentent frustrées ou stressées par les défis de sa gestion. Mais lorsque les sentiments deviennent accablants et durent plus d’une semaine ou deux, cela peut indiquer que vous avez besoin d’aide.
  2. Parlez avec votre équipe de soins du diabète. Obtenir de l’aide de votre équipe de soins du diabète (médecin, infirmière, éducateur en diabète, psychologue ou travailleur social) est important pour traiter la détresse liée au diabète. Ceci est important, car si elle n’est pas traitée, la condition peut s’aggraver. Votre équipe de soins du diabète pourra peut-être vous aider en évaluant votre détresse liée au diabète et en élaborant un plan de gestion pour relever les défis que vous rencontrez. Ils peuvent également vous orienter vers un autre professionnel de la santé.
  3. Obtenez de l’aide. Parlez avec votre famille et vos amis et dites-leur comment vous vous sentez. Soyez honnête à propos de vos sentiments et dites à vos proches comment ils peuvent vous aider (la plupart des gens ne savent pas ce qu’ils peuvent faire – et peut-être que vous voulez juste que quelqu’un vous écoute).

Si vous ne vous sentez pas à l’aise de parler à votre famille ou à vos amis, vous voudrez peut-être vous joindre à un groupe de soutien. Parfois, parler à d’autres personnes atteintes de DT1 qui comprennent ce que vous vivez peut vous aider. Une expérience partagée offre un type de soutien différent de celui des amis et de la famille. Les personnes atteintes de diabète qui reçoivent du soutien réussissent mieux à la gestion de leur diabète, à comment elles se sentent et à leur qualité de vie.

  1. Fixez-vous des buts réalistes. Prendre une chose à la fois, par petites étapes réalisables, peut conduire à de grandes améliorations. Fixez-vous de petits objectifs comme « vérifier ma glycémie 4 fois aujourd’hui », puis une fois que vous le faites, fixez-vous un autre petit objectif comme « marcher 10 minutes par jour deux fois par semaine ». Une fois que vous avez atteint un objectif, ajoutez un autre petit objectif ou augmentez la fréquence de votre but. Votre équipe de traitement du diabète peut vous aider à définir ces objectifs.
  2. Prenez le temps de faire des choses que vous aimez et récompensez-vous. Offrez-vous une récompense lorsque vous atteignez vos objectifs. Cela devrait être quelque chose que vous aimez — regarder un film, faire de la randonnée, jouer à un jeu ou passer du temps avec des amis (cela n’a pas besoin de coûter de l’argent). Il est important chaque jour de passer du temps à faire quelque chose que vous aimez et d’avoir du temps pour vous récompenser pour avoir atteint vos objectifs en matière de diabète.

Conseils pour bien vivre avec le diabète

Des attentes réalistes et des stratégies pratiques sont essentielles pour gérer les défis émotionnels liés à la vie avec le diabète.

Ce qui peut vous aider, c’est de changer votre façon de penser à votre glycémie.

Plutôt que de vous fâcher ou de vous contrarier, regardez vos résultats de glycémie comme des informations pour vous aider à décider quoi faire ensuite. Ne passez pas de temps à vous punir pour un nombre élevé. Utilisez ce que vous savez pour planifier. Utiliser des mots comme « élevée » et « faible » pour faire référence à votre glycémie au lieu de « bonne » et « mauvaise » peut vous aider.

Comment demander de l’aide

Si la gestion de votre diabète n’est pas sur la bonne voie, demandez de l’aide. Il se peut que vous ayez besoin d’un changement de traitement ou que des facteurs de stress externes tels que des problèmes liés au travail ou aux relations puissent y contribuer.

En fin de compte, vous avez besoin d’espace pour identifier les problèmes et obtenir de l’aide. Parler à d’autres personnes qui comprennent est très important. FRDJ a des ressources pour vous aider à vous connecter aux autres membres de la communauté du DT1.

Diabète de type 1 et dépression

Les personnes de tous âges souffrent de dépression. Selon l’Organisation mondiale de la santé, plus de 350 millions de personnes dans le monde souffrent de dépression, mais celle-ci n’est souvent ni diagnostiquée ni traitée en raison de la stigmatisation entourant les problèmes de santé mentale.

On estime que la dépression touche une personne atteinte de diabète (type 1 et type 2) sur quatre. Les adolescents atteints de diabète de type 1 ont un taux de dépression cinq fois plus élevé que les adolescents sans maladie.

Les adultes atteints de DT1 qui souffrent également de dépression font face à de pires problèmes de santé si la dépression n’est pas traitée et perdent plus de temps au travail, nécessitent plus de soins de santé et ont des taux de sucre dans le sang plus élevés que les personnes sans dépression.

Les adolescents atteints de DT1 et de dépression ont une glycémie plus élevée, un risque accru d’acidocétose diabétique (ACD) et d’hypoglycémie sévère, et ont plus de problèmes lors de la transition vers les soins pour adultes pour leur diabète.

Avoir le DT1 ne signifie pas que vous développerez une dépression, mais il est important d’être conscient des symptômes pour pouvoir les reconnaître tôt et obtenir un traitement.

Les symptômes de la dépression chez les adultes comprennent :

  • Sentiments de tristesse ou de désespoir
  • Perte d’intérêt ou de plaisir pour les activités que vous aviez l’habitude de pratiquer
  • Modifications du sommeil — trop ou pas assez
  • Changements d’appétit — soit manger trop ou pas assez (et parfois des changements de poids)
  • Fatigue et manque d’énergie, donc même faire de petites choses demande un effort supplémentaire
  • Ralentissement de la pensée, de la parole ou des mouvements corporels
  • Difficulté à se concentrer, à prendre des décisions ou à se souvenir des choses
  • Sentiment d’inutilité ou de culpabilité, se focalisant sur les échecs passés ou la culpabilité
  • Pensées fréquentes ou récurrentes de mort, pensées suicidaires, tentatives de suicide ou suicide

Chez les enfants et les adolescents, les symptômes de la dépression peuvent être similaires, mais il peut y avoir des différences. Chez les enfants, les symptômes peuvent également inclure :

  • Être collant
  • Irritabilité
  • Maux et douleurs corporelles
  • Refuser d’aller à l’école
  • Mauvaise performance à l’école

Chez les enfants plus âgés et les adolescents, les symptômes peuvent également inclure :

  • Irritabilité et colère
  • Mauvaise performance ou faible assiduité à l’école
  • Se sentir incompris
  • Être extrêmement sensible
  • Éviter les activités sociales
  • Usage possible de drogues récréatives ou d’alcool

Tant chez les adultes que chez les enfants/adolescents, les symptômes de la dépression interrompent ou affectent grandement le travail ou l’école, les relations sociales ou d’autres domaines importants de leur vie.

Traitement

La bonne nouvelle est que la dépression peut être traitée et les symptômes atténués, en particulier lorsque la dépression est diagnostiquée et traitée tôt.

Il est recommandé que les personnes atteintes de diabète soient régulièrement dépistées par leurs fournisseurs de soins de santé pour la dépression, afin qu’un traitement ou une référence à un fournisseur de soins de santé mentale puisse être effectué.

Si votre professionnel de la santé ne vous demande pas comment vous vous sentez émotionnellement, il est important que vous vous exprimiez et que vous lui disiez. Obtenir un traitement précoce contre la dépression est essentiel et peut aider à améliorer vos résultats médicaux et psychologiques à long terme.

Le traitement de la dépression chez les enfants et les adultes peut inclure une thérapie cognitivo comportementale, une thérapie interpersonnelle ou d’autres thérapies ou médicaments fondés sur des preuves. Trouver un professionnel de la santé mentale qui connaît bien le diabète peut également vous aider.

Obtenir de l’aide

Parler avec vos amis et votre famille est essentiel. Ils veulent vous aider, il est donc important de demander ce dont vous avez besoin (plutôt que de leur demander de deviner ou de faire quelque chose involontairement inutile).

Selon vos relations avec votre famille et vos amis, il peut être difficile de leur parler. Il se peut donc que vous trouviez que parler à d’autres personnes atteintes de DT1 peut être plus utile. De nombreuses personnes ont trouvé que rejoindre un groupe local de soutien au diabète dans leur centre d’éducation sur le diabète, un hôpital local ou rejoindre un en ligne est une forme de communauté précieuse. Il existe de nombreux types de groupes de soutien, et il est préférable de trouver le type qui correspond à votre personnalité et à vos besoins.

Ressources et soutien pour le DT1

Explorez nos guides d’information ou établissez un lien personnel avec une personne expérimentée avec le DT1. La communauté FRDJ est là pour vous. Communauté DT1

Comment trouver un professionnel de la santé mentale

Il est très important de trouver la bonne équipe médicale pour vous aider à gérer votre santé physique lorsque vous êtes atteint de diabète de type 1 (DT1), mais l’importance de votre santé mentale ne doit pas être négligée. Il n’est pas rare que les personnes atteintes de DT1 souffrent d’épuisement professionnel, de dépression et d’anxiété. La thérapie peut être une étape utile dans le développement des capacités d’adaptation pour surmonter ces défis et renforcer la résilience.

Que vous ayez vécu avec le DT1 toute votre vie ou que vous veniez d’être diagnostiqué, vous savez que la gestion du diabète a un impact sur votre vie quotidienne d’innombrables façons. Vous devez compter les glucides chaque fois que vous mangez, vous inquiéter des fluctuations de la glycémie et penser et planifier constamment la façon de gérer votre maladie. Faire la transition vers cette routine, ou même la maintenir après de nombreuses années peut avoir des conséquences néfastes — et il n’y a pas de honte à obtenir de l’aide.

Quand demander de l’aide à un fournisseur de soins de santé mentale

Il est important de rechercher l’aide dont vous avez besoin pour faire face aux défis mentaux qui accompagnent votre DT1 — mais comment savez-vous qu’un professionnel de la santé mentale est la bonne ressource pour vous ?

Vous pourriez avoir besoin d’une assistance supplémentaire si :

  • Vous manquez de motivation pour vérifier votre glycémie ou prendre votre insuline et vous avez l’impression que votre santé mentale nuit à la gestion du diabète.
  • Vous rencontrez des difficultés pour naviguer dans vos relations avec votre famille et vos amis.
  • Vous évitez peut-être vos proches parce que vous n’êtes pas prêt à côtoyer d’autres personnes.
  • Vous oubliez des choses qui sont importantes pour vous et vous ne voulez pas participer à des passe-temps ou à des activités que vous ne voudriez normalement pas manquer.

Si vous vous sentez de cette façon, vous n’êtes pas seul. Si vous ne savez pas si c’est la bonne option pour vous, parlez-en à votre équipe de soins. Trouver un professionnel de la santé mentale peut sembler trop difficile, mais cela peut faire une différence encore plus grande.

Le diabète et le sommeil

Le sommeil des personnes atteintes de diabète de type 1 (DT1) et de leurs aidants est un problème permanent. La qualité et la quantité de sommeil (ou le manque de sommeil) sont évoquées par les personnes atteintes de DT1 depuis des années ; cependant, avec les nouveaux appareils et alarmes maintenant sur le marché, c’est un élément qui a attiré l’attention des chercheurs et des cliniciens.

Les personnes atteintes de DT1 ont régulièrement interrompu le sommeil — en ayant besoin d’uriner pendant la nuit en raison d’une glycémie élevée, puis en les corrigeant (et en se réveillant souvent pour vérifier à nouveau la glycémie) ; se réveiller pour traiter une hypoglycémie et avoir ensuite des difficultés à se rendormir ; régler des réveils pour vérifier la glycémie ; se réveiller avec des alarmes FSG indiquant des niveaux élevés ou bas et avoir ensuite besoin de traiter ces sucres sanguins ; alarmes de pompe pour occlusions, batteries, etc. ou même les inquiétudes au sujet du DT1 peuvent vous empêcher de dormir la nuit.

Étant donné que les parents d’enfants atteints de DT1 gèrent la glycémie de leur enfant (et s’inquiètent beaucoup plus du diabète que leurs enfants), ils vivent la même perturbation du sommeil.

Des recherches récentes ont documenté la perte de sommeil due aux perturbations du diabète, à la fois prévues (par exemple, régler le réveil pour vérifier la glycémie) et imprévues (par exemple, alarmes d’occlusion de la pompe), jusqu’à 10 heures par semaine.

Ceci est important, car le sommeil est fondamental pour une bonne santé cardiovasculaire et métabolique. En outre, les enfants, les adolescents et les adultes qui ont déclaré moins dormir ont également des taux de sucre dans le sang plus élevés. De plus, les personnes atteintes de DT1 qui ont des troubles du sommeil/un manque de sommeil sont moins sensibles à l’insuline et ont besoin de plus d’insuline le lendemain après avoir mal dormi.

Conseils pour mieux dormir

Il n’y a pas de solution miracle pour aider les personnes atteintes de DT1 ou leurs aidants à mieux dormir. En tant que parents, vous pouvez toujours vous inquiéter de la glycémie de votre enfant toute la nuit, et en tant que personnes atteintes de DT1, vous voudrez toujours vous assurer que vous êtes en sécurité toute la nuit. Mais vous pouvez utiliser quelques conseils pour mieux dormir.

  • Vous devez d’abord vous assurer que vous (ou votre enfant atteint de DT1) n’avez aucun problème médical contribuant à vos problèmes de sommeil. L’apnée obstructive du sommeil (AOS) a été fortement liée au diabète de type 2, mais certaines recherches plus récentes ont montré que l’AOS est plus fréquente chez les personnes atteintes de DT1 que chez celles sans diabète. Les personnes atteintes d’AOS arrêtent de respirer à plusieurs reprises puis recommencent tout au long de la nuit. Assurez-vous de parler à votre médecin pour exclure un trouble du sommeil traitable.
  • Discutez avec votre professionnel de la santé sur la possibilité de régler les alarmes FSG sur un réglage différent la nuit pour les taux de glycémie élevés et faibles afin de réduire les alarmes.
  • Si vos inquiétudes liées au diabète vous empêchent de dormir, parlez-en à votre médecin ou au fournisseur de soins de santé de votre enfant. Ils peuvent vous donner des conseils pour gérer la glycémie tout au long de la nuit et évaluer si votre peur de l’hypoglycémie pourrait être un obstacle à un bon repos.
  • Adoptez une routine — essayez de vous coucher à la même heure et de vous lever à la même heure tous les jours (y compris le week-end).
  • Faites une activité physique régulière — être actif pendant la journée peut vous aider à vous endormir et à améliorer votre bien-être émotionnel.
  • Évitez de consommer de la caféine, de l’alcool ou de manger beaucoup juste avant d’aller vous coucher.
  • Créez un environnement de sommeil relaxant — assurez-vous que votre chambre est calme, que les stores sont fermés (empêchant la lumière de sortir) et à une température confortable.
  • Gardez les appareils électroniques hors de votre chambre, y compris les ordinateurs, les téléviseurs et les téléphones intelligents.

Avoir une bonne nuit de sommeil est important pour la santé et le bien-être de chacun. Bien que le DT1 interrompe parfois votre sommeil, dormir régulièrement est important pour votre santé à long terme.